• Revue FI 4-2023 Territorialité - Résidence - Établissement stable

L’immeuble : un objet TVA complexe dans un contexte international

#Revue: FI, 4-2023, Novembre 2023#Typeart: Article dossier#Date: 15 oct. 2023#Rubrique, ss-rubrique: Territorialité - Résidence - Établissement stable, Territorialité des impôts, Établissement stable#Mots-clés: Taxe sur la valeur ajoutée, TVA, immeuble, bien immobilier, territorialité, Établissement stable, Location en meublé, Parahôtellerie, autoliquidation#Article du CGI/LPF: 238, 259, 259 A, 261 D#Num art: 02.8#Auteur: Arnaud¤ MORAINE#Qualités: Avocat associé, KPMG Avocats#Auteur: Élia¤ SEVESQUE#Qualités: Avocate, KPMG AvocatsL’immeuble est un élément clé, souvent placé à la croisée des chemins de la TVA. Il est à la fois critère de territorialité, élément indispensable mais insuffisant pour caractériser un établissement stable, dont la location est parfois exonérée, parfois taxable, et générant même des problématiques de redevabilité dans un contexte international.En effet, les jurisprudences nationale et européenne ont dû intervenir à de nombreuses reprises pour définir avec préci... Identifiant Mot de passe Se souvenir de moi     Mot de passe oublié Arnaud MORAINE, Élia SEVESQUE
  • Revue FI 4-2023 Patrimoine

La taxe de 3 % sur la valeur vénale des immeubles : caractéristiques, application pratique et éclairages jurisprudentiels

#Revue: FI, 4-2023, Novembre 2023#Typeart: Article dossier#Date: 15 oct. 2023#Rubrique, ss-rubrique: Patrimoine, Immobilier#Mots-clés: Immeuble, bien immobilier, taxe de 3 %, valeur vénale#Article du CGI/LPF: 990 D, 990 E, 990 F#Num art: 02.7#Auteur: Marine¤ DUPAS#Qualités: Avocate associée, cabinet Arkwood SCP#Auteur: Célia¤ ROCHETTE#Qualités: Avocate, cabinet Arkwood SCPLa taxe de 3 % sur la valeur vénale des immeubles a été instaurée par la loi du 29 décembre 1982 pour combattre l'évasion fiscale en matière d'imposition sur la fortune. Cette taxe, bien qu'originellement axée sur les entités étrangères, s'étend aujourd'hui à toutes les entités, françaises ou étrangères. Ainsi, cette taxe à vocation dissuasive a une portée vaste, couvrant pratiquement toutes les entités possédant des biens immobiliers en France (V. § 2). Compte tenu des enjeux financiers significatifs qu'elle peut représenter, la taxe de 3 % constitue donc une forte contrainte en matière d'investissements immobiliers ... Marine DUPAS, Célia ROCHETTE
  • Revue FI 4-2023 Patrimoine

Impôt sur la fortune immobilière : aspects internationaux

#Revue: FI, 4-2023, Novembre 2023#Typeart: Article dossier#Date: 15 oct. 2023#Rubrique, ss-rubrique: Patrimoine, Impôt sur la fortune#Mots-clés: Impôt sur la fortune, Impôt sur la fortune immobilière, IFI, résident, non-résident, redevable, démembrement de propriété, plafonnement, contrôle fiscal, Trust, Convention internationale#Article du CGI/LPF: 964, 965, 968, 970, 990 J#Num art: 02.6#Auteur: Éric¤ CHARTIER#Qualités: Avocat associé, Altitude Avocats#Auteur: Olivia¤ BRUN#Qualités: Avocat collaborateur en fiscalité patrimoniale, Altitude AvocatsL’impôt sur la fortune immobilière (IFI) présente, dans un contexte international, diverses particularités parfois complexes à appréhender. Une première série d’éléments de complexité résulte du dispositif en lui-même, c’est-à-dire des seules règles du CGI qui régissent cet impôt. Ainsi, s’agissant de la situation des non-résidents qui détiennent un patrimoine immobilier en France, des difficultés peuvent apparaitre au niveau du traitement en ... Éric CHARTIER, Olivia BRUN
  • Revue FI 4-2023 Groupes de sociétés

Impôt minimum mondial (Pilier 2) : quel impact sur le secteur immobilier ?

#Revue: FI, 4-2023, Novembre 2023#Typeart: Article dossier#Date: 15 oct. 2023#Rubrique, ss-rubrique: Groupes de sociétés, Impôt minimum mondial (Pilier 2)#Mots-clés: Impôt minimum mondial, Pilier 2, règles GloBE, impôt sur les sociétés, immeuble, secteur immobilier, fonds d’investissement, véhicule d’investissement immobilier, REIT, compagnie d’assurance#Num art: 02.5#Auteur: Agathe¤ van AMERONGEN#Qualités: Conseillère fiscale, Loyens & Loeff (Rotterdam)#Auteur: Ariane¤ BROHEZ#Qualités: Avocate associée, Loyens & Loeff (Paris)#Auteur: Imme¤ KAM#Qualités: Associé, Fiscaliste en droit néerlandais, Loyens & Loeff (Paris)Les fonds d’investissement et véhicules d’investissement immobilier ont reçu une attention particulière, sous la forme d’une exclusion du Pilier 2. Les conditions posées pour bénéficier de cette exclusion ne sont toutefois pas simples et pourraient mener à une inclusion, le cas échéant partielle (V. § 3 à 7). D’autres acteurs du secteur immobilier, comme les co... Agathe van AMERONGEN, Ariane BROHEZ, Imme KAM
  • Revue FI 4-2023 Revenus et gains divers

Questions choisies sur le traitement fiscal de certains revenus de source française des fonds d’investissement immobiliers étrangers

#Revue: FI, 4-2023, Novembre 2023#Typeart: Article dossier#Date: 15 oct. 2023#Rubrique, ss-rubrique: Revenus et gains divers, Revenus et gains immobiliers des entreprises#Mots-clés: Convention internationale, Résidence fiscale, fonds d’investissement, immobilier, avantages, Intérêts, Dividendes, Droit de l’Union européenne, Libre circulation des capitaux, comparabilité, organisme de placement collectif, OPCVM, FIA, fonds d’investissement alternatif, retenue à la source, exonération, assimilation, similitude, similarité#Num art: 02.4 #Auteur: Philippe¤ LEGENTIL#Qualités: Avocat associé, EY Société d’Avocats#Qualités: Chargé de cours à l’Université Paris 2Les investisseurs institutionnels non résidents sont souvent constitués en organismes qui, pour être désignés sous l’appellation générique unique de « fonds », n’en relèvent pas moins de cadres juridiques et réglementaires différents, notamment celui des organismes de placement collectif (OPC) ou des fonds de pension, ces derniers étant... Philippe LEGENTIL
  • Revue FI 4-2023 Dividendes - Intérêts - Redevances

Les fonds d’investissement immobiliers français à l’heure de l’européanisation du droit fiscal

#Revue: FI, 4-2023, Novembre 2023#Typeart: Article dossier#Date: 15 oct. 2023#Rubrique, ss-rubrique: Sources - Principes - Méthodes, Sources#Rubrique, ss-rubrique: Dividendes - Intérêts - Redevances, Dividendes et autres produits distribués##MétachronRefsourceJPJuridiction : CJUEFormation de jugement : 2e ch.Date : 12 avr. 2022Num décision : C-342/20Parties : A SCPIRefsourceJPRefsourceJPJuridiction : CJUEFormation de jugement : 1re ch.Date : 27 avr. 2023Num décision : C-537/20Parties : L FundRefsourceJP#Mots-clés: Droit de l’Union européenne, Libre circulation des capitaux, Résident, Non-résident, Fonds d’investissement, véhicule d’investissement immobilier, Fonds de placement immobilier, différence de traitement, restriction, comparabilité, assimilation#Pays: Union européenneMétachron###Num art: 02.3#Auteur: Thierry¤ GRANIER#Qualités: Avocat associé, CMS Francis Lefebvre Avocats#Auteur: Yacine¤ BOUSRAF#Qualités: Avocat, CMS Francis Lefebvre Avocats#Auteur: Carl¤ MEAK#Qualités: Avocat,... Thierry GRANIER, Yacine BOUSRAF, Carl MEAK
  • Revue FI 4-2023 Patrimoine

Imposition des plus-values immobilières dans un contexte international : l’affaire Baartmans à l’épreuve de la nouvelle convention franco-belge

#Revue: FI, 4-2023, Novembre 2023 #Typeart: Article dossier #Date: 15 oct. 2023 #Rubrique, ss-rubrique: Revenus et gains divers, Revenus et gains immobiliers des entreprises #Rubrique, ss-rubrique: Patrimoine, Immobilier ##Métachron RefsourceJP Juridiction : CE Formation de jugement : 8e et 3e ch. Date : 24 févr. 2020 Num décision : 436392 Parties : Baartmans RefsourceJP #Mots-clés: Plus-value, plus-value sur titres, plus-value immobilière, non-résident, société à prépondérance immobilière, société civile immobilière, parts, cession, bien immobilier, convention internationale #Article du CGI/LPF: 244 bis A #Convention fiscale: Belgique (1964), Belgique (2021) #Pays: Belgique Métachron## #Num art: 02.2   #Auteur: Pierre¤ ULLMANN #Qualités: Avocat associé, cabinet Cazals Manzo Pichot Saint Quentin #Auteur: Romain¤ PICHOT #Qualités: Avocat associé, cabinet Cazals Manzo Pichot Saint Quentin La convention franco-belge conc... Pierre ULLMANN, Romain PICHOT
  • Revue FI 4-2023 Patrimoine

La notion de prépondérance immobilière en fiscalité internationale

#Revue: FI, 4-2023, Novembre 2023 #Typeart: Article dossier #Date: 15 oct. 2023 #Rubrique, ss-rubrique: Revenus et gains divers, Revenus et gains immobiliers des entreprises #Rubrique, ss-rubrique: Patrimoine, Immobilier #Mots-clés: Convention internationale, Immeuble, biens immobiliers, Société, prépondérance immobilière, Plus-value, Plus-value sur titres, Plus-value immobilière #Article du CGI/LPF: 150 UB, 206, 219, 726, 750 ter, 965, 990 D #Num art: 02.1   #Auteur: Emmanuel¤ KORNPROBST #Qualités: Professeur (h) des Universités La prépondérance immobilière est une manifestation du principe de réalisme du droit fiscal (V. § 1), que la loi a créée pour appliquer la fiscalité des immeubles à des droits sociaux (V. § 25) qui, selon le droit civil, sont des biens mobiliers incorporels. Il s’agit, donc, d’une notion fonctionnelle qui présente des caractères spécifiques pour chaque impôt, qu’il s’agisse de l’impôt sur le revenu (V. § 31), de l’impôt sur les... Emmanuel KORNPROBST
  • Revue FI 4-2023 Questions générales

L’immeuble et la fiscalité internationale

#Revue: FI, 4-2023, Novembre 2023#Typeart: Article dossier#Date: 15 oct. 2023#Rubrique, ss-rubrique: Questions générales#Mots-clés: Immeuble, bien immobilier, fiscalité immobilière, fiscalité internationale#Num art: 02#Auteur: Thomas¤ JACQUEMONT#Qualités: Rédacteur en chefSorte de noyau entouré d’électrons, l’immeuble ne bouge pas alors que tout s’agite autour de lui, bien souvent au-delà des frontières de son État de situation. Le confronter à la fiscalité internationale, qui saisit par essence les situations induisant la mobilité, méritait donc un dossier1. Il s’agit ici de prendre en compte plusieurs phénomènes, certains déjà anciens, d’autres complètement nouveaux : la dématérialisation de l’immeuble grâce à l’outil sociétaire (notion de société à prépondérance immobilière), l’importance considérable des investissements immobiliers via des fonds français ou étrangers faisant jouer la libre circulation des capitaux, l’arrivée imminente d’un impôt minimum mondial dans le cadre des tr... Thomas JACQUEMONT
  • Revue FI 3-2023 Dividendes - Intérêts - Redevances

Les risques fiscaux liés à la réorganisation des réseaux de distribution

#Revue: FI, 3-2023, Septembre 2023#Typeart: Article dossier#Date: 15 juill. 2023#Rubrique, ss-rubrique: Sources - Principes - Méthodes, Sources#Rubrique, ss-rubrique: Territorialité - Résidence - Établissement stable, Établissement stable#Rubrique, ss-rubrique: Groupes de sociétés, Prix de transfert, Réorganisations#Rubrique, ss-rubrique: Dividendes - Intérêts - Redevances, Questions générales#Mots-clés: Grande distribution, réseaux de distribution, réorganisation, acte anormal de gestion, prix de transfert, aide d’État, libéralité, avantage occulte, retenue à la source, revenu réputé distribué, prix minoré, prix majoré, produits, charges, répartition, groupe de sociétés, établissement stable#Num art: 02.2#Auteur: Laurent¤ POUILLE#Qualités: Avocat associé, LS2P Avocats#Qualités: Docteur en droitLa réorganisation des réseaux de distribution expose les opérateurs à des risques fiscaux. Sont notamment concernés les magasins, les commissionnaires, les centrales d'achat (V. § 1 à 4), avec u... Laurent POUILLE
  • Revue FI 3-2023 Territorialité - Résidence - Établissement stable

L’impact de l’Instrument multilatéral sur la réorganisation des circuits de distribution : regards croisés IS / TVA

#Revue: FI, 3-2023, Septembre 2023#Typeart: Article dossier#Date: 15 juill. 2023#Rubrique, ss-rubrique: Territorialité - Résidence - Établissement stable, Établissement stable#Mots-clés: Convention internationale, Instrument multilatéral, Établissement stable, commissionnaire, circuit de distribution, distributeur, risques limités, évasion fiscale, taxe sur la valeur ajoutée, TVA, douane, Abus (Dispositifs anti-)#Num art: 02.1#Auteur: Bruno¤ GIBERT#Qualités: Avocat associé, CMS Francis Lefebvre Avocats#Auteur: Arnaud¤ MORAINE#Qualités: Avocat associé, KPMG AvocatsL’Instrument multilatéral de l’OCDE (IM) a pour objectif de modifier l’ensemble des conventions fiscales afin d'y inclure une série de dispositions destinées à empêcher les stratégies de planification fiscale agressive, dont notamment les structures touchant aux circuits de distribution comme les contrats de commissionnaire. En effet, les montages artificiels qui reposaient sur des contrats de commissionnaire consistaient à fa... Bruno GIBERT, Arnaud MORAINE
  • Revue FI 3-2023 Groupes de sociétés

Brèves réflexions sur l’assujettissement aux droits d’enregistrement des réorganisations de circuits de distribution

#Revue: FI, 3-2023, Septembre 2023#Typeart: Article dossier#Date: 15 juill. 2023#Rubrique, ss-rubrique: Groupes de sociétés, Réorganisations#Mots-clés: Droits d’enregistrement, droits de mutation à titre onéreux, DMTO, réseau, circuit, distribution, distributeur exclusif, agent commercial, acheteur-revendeur, commissionnaire, transmission, clientèle, propriété, fonction, statut, fonds de commerce, convention de successeur, marque#Article du CGI/LPF: 719, 720#Num art: 02.3#Auteur: Gauthier¤ BLANLUET#Qualités: Professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris II)#Qualités: Avocat, Sullivan & Cromwell LLP#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité InternationaleLes restructurations de circuits de distribution peuvent entraîner des mutations assujetties aux droits d’enregistrement. Ce risque est souvent mal apprécié. Il nécessite une bonne maîtrise des instruments juridiques et des réalités économiques sous-jacentes. La jurisprudence commerciale, qui fait autorité en matiè... Gauthier BLANLUET
  • Revue FI 3-2023

La réorganisation des circuits de distribution

#Auteur: Thomas¤ JACQUEMONT#Qualités: Rédacteur en chefQue ce soit en raison de bouleversements économiques, politiques ou stratégiques, ou encore d’évolutions du cadre normatif de leur activité, la structuration des groupes de sociétés est en constante évolution. Nous nous intéressons plus particulièrement dans ce dossier aux circuits de distribution auxquels recourent les groupes. Force est alors de constater que les récents travaux BEPS de l’OCDE sur la définition de l’établissement stable ont un impact sur certaines structures, notamment les contrats de commissionnaire, qu’il est utile d’analyser en croisant les analyses IS et TVA car les deux impôts n’obéissent pas aux mêmes logiques. Il était par ailleurs indispensable de mettre en lumière certaines problématiques propres aux groupes dont l’objet même est la distribution. Enfin, une question devait être analysée, celle de l’identification d’un transfert de clientèle ou de fonds de commerce, spécialement en matière de droits d’enr... Thomas JACQUEMONT
  • Revue FI 2-2023 Questions générales

Aperçu des sujets de fiscalité internationale liés au Web3 pour les entreprises

#Auteur: Benoît¤ GRANEL#Qualités: Avocat Partner, Baker McKenzie AARPI#Auteur: Jean-Baptiste¤ TRISTRAM#Qualités: Avocat, Baker McKenzie AARPIÀ ce jour, il n’existe pas de dispositions fiscales en droit interne français ou dans les conventions fiscales qui soient spécifiques aux opérations réalisées par les entreprises dans le métavers ou ayant trait au Web3, en ce compris les transactions relatives aux NFT ; les instances internationales se concentrent plus sur la mise en place d'un cadre déclaratif que sur la question du traitement fiscal associé aux transactions. En l’absence de dispositions ou de commentaires spécifiques, il conviendra d’analyser chacune des transactions à l’aune des principes conventionnels existants afin de déterminer si elle doit être imposable dans l’État de source exclusivement, dans l’État de résidence du récipiendaire du paiement ou si elle fera l’objet d’un partage d’imposition via une retenue à la source. En pratique, cet exercice n’est pas si aisé dan... Benoît GRANEL, Jean-Baptiste TRISTRAM
  • Revue FI 2-2023 Questions générales

Le praticien TVA confronté à l’univers des cryptoactifs

#Auteur: Sophie¤ DORIN#Qualités: Avocat, Sophie Dorin - Société d’avocats#Auteur: Jean-Claude¤ BOUCHARD#Qualités: AvocatEn France, les cryptoactifs au sens de la loi PACTE se scindent juridiquement en deux catégories que sont les « monnaies virtuelles » et les « jetons » qui n’ont pas les caractéristiques d’instruments financiers et de bons de caisse (V. § 1 à 3). Si la CJUE s’est prononcée sur la qualification des opérations d’échange afférentes aux cryptomonnaies et leur a donné le même traitement TVA qu’un échange de monnaies ayant cours légal (V. § 5 à 12), elle n’en a pas tiré expressément toutes les conséquences. Aussi subsiste-t-il une forme d’insécurité juridique au sein de l’UE au regard de certains scénarios impliquant la cryptomonnaie. Au niveau des pays de l’OCDE, le constat est encore plus flagrant (V. § 13 à 28).Quant aux jetons utilitaires, si l’offre publique de jetons (ICO) a fait l’objet d’un rescrit en France, … Continuer la lecture de « Le praticien TVA confronté à l’univers des cryptoactifs » Sophie DORIN, Jean-Claude BOUCHARD
  • Revue FI 2-2023 Patrimoine

Quelques problématiques fiscales actuelles liées à la détention d’actifs numériques dans un contexte transfrontalier

#Auteur: Adrien¤ SOUMAGNE#Qualités: Avocat à la Cour, Bredin PratCompte tenu des caractéristiques intrinsèques des actifs numériques qui font généralement échapper les revenus tirés de leur détention à la distinction traditionnelle en fiscalité internationale entre l’État de source et l’État de résidence, les problématiques actuelles liées à la détention d’actifs numériques dans une situation transfrontalière se posent d’abord par rapport à l’application de dispositions fiscales de droit interne qui traitent de situations comportant un élément d’extranéité, comme l’application du mécanisme de l’exit tax (V. § 6) ou celle de l’imposition des gains et pertes latents sur devises (V. § 9). Néanmoins, les règles classiques de fiscalité internationale retrouvent application au moment d’appréhender l’imposition des revenus des activités portant sur les actifs numériques dans un contexte transfrontalier, ce qui sera illustré par les exemples de l’imposition des activités de minage dans un cont... Adrien SOUMAGNE
  • Revue FI 2-2023 Questions générales

Les défis de la fiscalité du transfert de données

#Auteur: Xenia¤ LEGENDRE#Qualités: Avocate associée, Hogan Lovells#Auteur: Patrice¤ NAVARRO#Qualités: Avocat associé, Hogan Lovells#Auteur: Charlotte¤ LE ROUX#Qualités: Avocate Counsel, Hogan Lovells#Auteur: Maryll¤ PIZZETTA#Qualités: Avocate, Hogan Lovells#Auteur: Marine¤ PLANÇON#Qualités: Élève avocate, Hogan Lovells#Auteur: Farouk¤ EL YOUSSOUFI#Qualités: Élève avocat, Hogan LovellsL’économie numérisée est largement basée sur la collecte, la transformation et le transfert de données. Cette économie ne connait pas de frontières physiques. Elle présente par conséquent des défis pour les budgets des États, construits sur les recettes fiscales prenant source dans la présence physique sur un territoire (V. § 2). La qualification fiscale du transfert de données va dépendre de la qualification juridique de cette opération (V. § 16). Dans la plupart des cas, le transfert de données sera une prestation de services, qui sera traité comme telle aussi bien pour les besoins des retenues à la so... Xenia LEGENDRE, Patrice NAVARRO, Charlotte LE ROUX, Maryll PIZZETTA, Marine PLANÇON, Farouk EL YOUSSOUFI
  • Revue FI 2-2023 Questions générales

Nouveaux actifs incorporels et fiscalité internationale

#Auteur: Thomas¤ JACQUEMONT#Qualités: Rédacteur en chefAprès un dossier consacré à un classique de la fiscalité internationale1, nous nous intéressons ce trimestre au traitement par la fiscalité internationale des nouveaux actifs incorporels, qu’il s’agisse des données, des monnaies virtuelles, des jetons non fongibles ou, plus vertigineux encore, du métavers. Il s’agit là d’une autre facette de la numérisation de l’économie, le plus souvent abordée dans ces colonnes sous l’angle de la répartition du droit d’imposer entre les États ou de l’impôt minimum mondial.Force est de constater que nous nous situons au milieu du gué : le cadre réglementaire juridique et fiscal est en cours de constitution, et il est généralement nécessaire de réfléchir aux problématiques nouvelles avec des concepts anciens, ce qui n’est pas sans susciter des difficultés, tant pour les particuliers que pour les entreprises. Dans ce domaine très évolutif qui défie nos sens, il fallait que des auteurs avertis nous … Continuer la lecture de « Nouveaux actifs incorporels et fiscalité internationale » Thomas JACQUEMONT
  • Revue FI 4-2022 Coopération administrative et règlement des différends

Quel(s) arbitrage(s) pour le règlement des différends internationaux en matière fiscale ?

#Auteur: Polina¤ KOURALEVA-CAZALS#Qualités: Professeur à l’Université Savoie Mont Blanc#Auteur: Arnaud¤ de NANTEUIL#Qualités: Professeur à l’Université Paris Est CréteilSi la plupart des conventions fiscales prévoient la procédure amiable en tant que mode de règlement des différends entre les États, celle-ci se révèle souvent insuffisante pour garantir la sécurité juridique du contribuable et l’élimination complète des doubles impositions. Les mesures introduites à la suite du projet anti-BEPS et qui pourraient être introduites dans le cadre des Piliers 1 et 2 de l’OCDE, rendent particulièrement urgente l’introduction des mécanismes plus efficaces de règlement des différends. C’est ainsi qu’en 2017, l’OCDE a modifié son modèle de convention fiscale pour y prévoir le recours à une procédure dite d’arbitrage et que l’UE a adopté une directive conduisant à l’introduction d’une procédure similaire sur le territoire des États membres. Pourtant, ces mécanismes ne présentent pas les caractéri... Polina KOURALEVA-CAZALS, Arnaud de NANTEUIL
  • Revue FI 1-2023 Territorialité - Résidence - Établissement stable

Le régime fiscal des sociétés de personnes étrangères en droit français

#Auteur: Ivana¤ ZIVANOVIC#Qualités: Avocat Counsel, CMS Francis Lefebvre Avocats#Auteur: Olivier¤ LE GOFF#Qualités: Avocat, CMS Francis Lefebvre AvocatsLa souveraineté justifie traditionnellement que le juge de l’impôt n’applique que sa propre loi (V. § 11). Dans un contexte international impliquant une société de droit étranger, ce principe se révèle d’une manipulation délicate. Le juge fiscal peut dans ce cas être contraint de procéder par étapes. Il doit d’abord identifier le droit qui régit cette société (V. § 25), puis relever les caractéristiques juridiques que ce droit lui donne (V. § 35), pour rechercher le type de société de droit français à laquelle elle est assimilable (V. § 42), avant, enfin, de déterminer son régime fiscal au regard de la loi française (V. § 45). Cette démarche d’assimilation est susceptible de créer une distorsion entre les régimes fiscaux applicables en France et à l’étranger, en particulier en présence de sociétés de personnes (V. … Continuer la lecture de « Le régime fiscal des sociétés de personnes étrangères en droit français » Ivana ZIVANOVIC, Olivier LE GOFF
  • Revue FI 1-2023 Fiscalités étrangères

Le traitement fiscal des sociétés de personnes françaises dans les pays du Benelux

#Auteur: Nicolas¤ BERTRAND#Qualités: Avocat associé, Loyens & Loeff (Bruxelles)#Auteur: Erdem¤ YÜKSEL#Qualités: Avocat au Barreau de Bruxelles, Loyens & Loeff (Bruxelles)#Auteur: Imme¤ KAM#Qualités: Associé, fiscaliste en droit néerlandais, Loyens & Loeff Paris#Auteur: Bamdad¤ FERDOWSI#Qualités: Fiscaliste en droit néerlandais, Loyens & Loeff Paris#Auteur: Christine¤ BEERNAERTS#Qualités: Fiscaliste en droit luxembourgeois, Loyens & Loeff LuxembourgBelgique - Nous décrivons le régime de classification fiscale belge applicable aux entités étrangères, en ce compris la doctrine de la lex societatis (V. § 2) et de la lex fori (V. § 3). Nous abordons également l’interférence de la taxe caïman (dispositif anti-abus de transparence fiscale) sur les règles de classification classiques (V. § 6). Nous appliquons également les règles en question à certaines sociétés de personnes françaises (avec ou sans personnalité juridique) (V. § 9). Nos conclusions sont résumées dans un tab... Nicolas BERTRAND, Erdem YÜKSEL, Imme KAM, Bamdad FERDOWSI, Christine BEERNAERTS
  • Revue FI 1-2023 Sources - Principes - Méthodes

Les sociétés de personnes et les partnerships dans la convention franco-américaine

#Auteur: Anne-Sophie¤ COUSTEL#Qualités: Avocat, Cleary Gottlieb Steen & Hamilton LLPLa convention fiscale franco-américaine comporte des stipulations spécifiques relatives aux sociétés de personnes et aux partnerships, qui ont donné lieu à un courant jurisprudentiel important depuis la décision de principe Artémis rendue par le Conseil d’Etat en 2014, qui avait consacré le recours au principe d’assimilation pour qualifier les partnerships pour les besoins de l’application du droit français.Les décisions plus récentes ont notamment consacré la translucidité des sociétés de personnes françaises, y compris dans un contexte conventionnel (V. § 2 à 5) et précisé les modalités de mise en œuvre du principe d’assimilation et son application aux différentes formes de partnerships (V. § 9 à 12), même si elles laissent encore sur ce point subsister certaines difficultés pratiques. Elles ont également mis en évidence la portée limitée du régime de transparence conventionnel des articles ... Anne-Sophie COUSTEL
  • Revue FI 1-2023 Territorialité - Résidence - Établissement stable

Quelles conséquences d’une reconnaissance de la transparence fiscale des sociétés de personnes de droit français placées en situation d’extranéité ?

#Auteur: Benoit¤ JARIGE#Qualités: Docteur en droit privé et sciences criminelles, chercheur associé de l’Institut de recherche en droit des affaires et du patrimoine (IRDAP) de l’université de BordeauxEn droit positif, l’imposition du résultat d’activité réalisée sous la forme d’une société de personnes de droit français placée en situation d’extranéité est déterminée par référence à la société, qualifiée de sujet fiscal (V. § 1). En 2010, un projet de réforme a visé à une reconnaissance de la qualité de sujet fiscal au profit des associés. Ce projet a échoué faute de présentation suffisante de ses conséquences aux parlementaires. Treize ans après cet échec, cette étude propose d’envisager les conséquences d’une telle réforme sur la détermination de la compétence fiscale française en présence d’une société de personnes de droit français présentant un élément d’extranéité.Si une telle approche n’entraine pas de modification quant à l’application des règles internes de territorialité pui... Benoit JARIGE
  • Revue FI 1-2023 Territorialité - Résidence - Établissement stable

Translucidité des sociétés de personnes : bilan de la jurisprudence du juge de l’impôt

#Auteur: Camille¤ ORTIZ#Qualités: Docteur en droit fiscal international, qualifié aux fonctions de maître de conférencesIl existe aujourd’hui un contraste saisissant entre, d’un côté, la tendance actuelle des États à intégrer dans leur législation des dispositions visant à limiter les possibilités d’évasion fiscale internationale qui prennent appui sur des régimes de transparence fiscale (mesures de lutte contre les structures hybrides) et, d’un autre côté, l’inertie dont fait preuve le législateur français face au problème de l’originalité du régime français de translucidité des sociétés de personnes. Cette contribution entend revenir sur les solutions qui fondent la singularité de la France en la matière (V. § 4) et expliquer en quoi ces dernières apparaissent critiquables (V. § 18).  ##(INV)#Titre-e: The French Tax Translucency Regime: an Overview of the Tax Courts’ Caselaw##Résumé-e: There is a striking contrast between, on the one hand, the current tendency of States to inco... Camille ORTIZ
  • Revue FI 1-2023 Questions générales

Les sociétés de personnes en fiscalité internationale

#Auteur: Thomas¤ JACQUEMONT#Qualités: Rédacteur en chefBien qu’il faille certainement s’en méfier, les sociétés de personnes se prêtent aux images, c’est ainsi. Transparentes, translucides, opaques, tels sont les adjectifs employés pour les qualifier, et ce dossier se confronte à un « serpent de mer », un « marronnier » de la fiscalité internationale, pour contribuer à mieux appréhender ce que le professeur Cozian appelait le « sac d’embrouilles ». L’exercice suppose bien sûr de revenir sur la jurisprudence du Conseil d’État relative à la translucidité, singularité française, pour ensuite appréhender la manière dont la méthode de l’assimilation détermine, avec ses limites, le traitement fiscal en France des sociétés de personnes étrangères. Réciproquement, il est éclairant d’analyser des exemples de réception des sociétés de personnes françaises par des droits étrangers. Par ailleurs, les relations franco-américaines, compte tenu de leur importance et de leur complexité, méritent une a... Thomas JACQUEMONT
  • Revue FI 4-2022 Territorialité - Résidence - Établissement stable

Les effets au plan national du processus international de transformation fiscale

#Auteur: Jean-Louis¤ ITEN#Qualités: Professeur de droit public à l’Université Paris 8 (Vincennes - Saint-Denis)Le dispositif « GloBE » vise à ce que les plus grandes entreprises multinationales soient soumises à un impôt minimum de 15 % sur les bénéfices qu’elles réalisent sur le territoire de chacun des États où elles exercent leurs activités. Pour cela, il deviendrait possible pour les États de mettre en place un impôt complémentaire si le taux minimum n’est pas appliqué par l’une des juridictions dont l’entreprise dépend. Si cet empiètement sur la souveraineté fiscale des États constitue une réelle innovation en matière fiscale, elle n’est pas nouvelle en droit international et plus particulièrement en droit international pénal (V. § 6). La comparaison avec la compétence pénale universelle permet de mettre en lumière le besoin de coordination dans la mise en œuvre des règles GloBE et la nécessaire recherche d’effectivité dans leur élaboration (V. § 9). Enfin, il … Continuer la lecture de « Les effets au plan national du processus international de transformation fiscale » Jean-Louis ITEN
  • Revue FI 4-2022 Sources - Principes - Méthodes

Les effets au plan national du processus international de transformation fiscale

#Auteur: Marc¤ PELLETIER#Qualités: Professeur à l’Université Paris 8#Qualités: Co-directeur du CRJP8#Qualités: Avocat associé, RacineLe processus international de transformation fiscale qui se déroule depuis une dizaine d’années sous l’égide de l’OCDE a des effets significatifs du point de vue de l’Etat. Si ce processus présente des traits spécifiques en matière d’élaboration des normes fiscales (V. § 3) en raison de sa dimension technocratique et peu transparente (V. § 4), il ne présente en définitive qu’une originalité limitée lorsqu’il est mis en relation avec l’élaboration des normes fiscales dans le cadre national (V. § 5). En revanche, au plan théorique, l’originalité de ce processus doit être soulignée (V. § 8). La teneur des normes fiscales internationales élaborées au cours de la dernière décennie a sensiblement évolué (V. § 9) et porte atteinte au cadre traditionnel d’exercice de la compétence fiscale par l’État. La concrétisation des exigences des Piliers 1 et 2 implique … Continuer la lecture de « Les effets au plan national du processus international de transformation fiscale » Marc PELLETIER
  • Revue FI 4-2022 Sources - Principes - Méthodes

Une normativité graduée pour une coopération fiscale internationale renforcée

#Auteur: Patrick¤ JACOB#Qualités: Professeur de droit public, Université Versailles Saint-Quentin#Auteur: Emmanuel¤ RAINGEARD DE LA BLÉTIÈRE#Qualités: Maître de conférences, Université Rennes I#Qualités: Co-directeur du Master 2 DFA#Qualités: Avocat associé, PwC Société d’avocatsLa technique du modèle de convention (V. § 4) ou de législation (V. § 25) est ces dernières années au cœur de la stratégie de coordination de la fiscalité internationale de l’OCDE. L’OCDE (et le Cadre inclusif) ne s’arrête pas à leur conception et cherche par différents moyens (mise à disposition d’un instrument de droit dur, V. § 13), organisation de la pression des pairs, V. § 23, contre-mesures intégrées dans l’instrument, V. § 28 et § 33), à s’assurer qu’ils ne restent pas lettre morte. L’analyse d’un échantillon révèle de bons résultats qui toutefois varient selon la technique utilisée, le statut de l’action et les moyens mis en œuvre pour s’assurer de leur mise en œuvre et de leur … Continuer la lecture de « Une normativité graduée pour une coopération fiscale internationale renforcée » Patrick JACOB, Emmanuel RAINGEARD DE LA BLÉTIÈRE
  • Revue FI 4-2022 Sources - Principes - Méthodes

Les acteurs de l’encadrement international de la fiscalité : de la SDN au Cadre inclusif

#Auteur: Saïda¤ EL BOUDOUHI#Qualités: Professeur de droit public, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis#Qualités: Membre du comité International Tax Law de l’International Law Association#Auteur: Lukasz¤ STANKIEWICZ1#Qualités: Professeur à l'Université Jean Moulin Lyon III,#Qualités: Directeur du Centre d'Etudes et de Recherches Financières et Fiscales (CERFF), Équipe de droit public de Lyon (EA 666)Se détachant du centre de gravité des analyses fiscalistes que constituent les changements normatifs substantiels, l’étude se penche sur les principaux acteurs qui sont à l’œuvre dans le processus d’encadrement international de la fiscalité. Il s’agit, en filigrane, de passer les organes et procédures au crible des préoccupations de légitimité qui ont pu imprégner les débats sur le rôle prépondérant de l’OCDE dans une réforme qui a pourtant une vocation universelle. Pour cela, il convient de remonter à l’émergence même de la matière fiscale comme un enjeu dans les relations interna... Saïda EL BOUDOUHI, Lukasz STANKIEWICZ
  • Revue FI 4-2022 Questions générales

L’évolution de l’encadrement de la fiscalité internationale

#Auteur: Saïda¤ EL BOUDOUHI#Qualités: Professeur de droit public, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis#Qualités: Co-coordinatrice du projet Intertaxlaw#Auteur: Polina¤ KOURALEVA-CAZALS#Qualités: Professeur de droit public, Université Savoie Mont Blanc#Qualités: Co-coordinatrice du projet Intertaxlaw 1. Depuis la scission de l’International Law Association et de l’International Fiscal Association en 1938, la fiscalité a été, à quelques rares exceptions près, largement ignorée dans les analyses de droit international. De même, les spécialistes de droit fiscal international sont le plus souvent des spécialistes de droit fiscal qui ne s’intéressent que marginalement aux enjeux dans le domaine des relations internationales et du droit international. Ainsi, si on distingue traditionnellement le « droit fiscal international », branche du droit fiscal, et le « droit international fiscal », branche du droit international public, force est de constater que le premier s’est développé de ... Saïda EL BOUDOUHI, Polina KOURALEVA-CAZALS
  • Revue FI 3-2022 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

Regard luxembourgeois sur la notion de substance et la proposition de directive sur les « entités écran » (ATAD 3)

#Auteur: Jean¤ SCHAFFNER#Qualités: Avocat associé, Allen & Overy (Luxembourg)Cette contribution analyse les questions de substance sous un prisme luxembourgeois. En règle générale, cette notion a en fait plus d’importance pour une administration fiscale étrangère, encline à remettre en cause une structure luxembourgeoise, que pour le fisc luxembourgeois lui-même, comme en témoigne le peu de règles, sauf pour les prix de transfert, et de jurisprudences en droit interne luxembourgeois. La proposition de directive ATAD 3, une fois adoptée, aura alors un impact considérable, car elle incitera les sociétés luxembourgeoises à se doter d’une substance suffisante pour éviter d’être contestées par un fisc étranger, et essentiellement européen.L’état du droit au Luxembourg 1. Il n’y a pas de texte général sur la substance en droit fiscal luxembourgeois, seulement une exigence particulière pour les sociétés de financement de groupes. La directive ATAD 3 va en principe pallier cette absen... Jean SCHAFFNER
  • Revue FI 3-2022 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

La notion de bénéficiaire effectif

#Auteur: Philippe¤ MARTIN#Qualités: Président de section (h) au Conseil d'État#Qualités: Président de la branche française de l’IFA#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité InternationaleLa notion de bénéficiaire effectif, utilisée comme condition du bénéfice d’avantages conférés par des conventions fiscales ou des directives européennes, entre en contact avec les principes généraux anti-abus (V. § 4 et 6), ce qui conduit à s’interroger sur son utilité (V. § 7). Mais la coexistence entre les deux concepts semble l’issue la plus probable (V. § 8).Dans une logique de coexistence, le champ d’une notion autonome de bénéficiaire effectif sera complémentaire de celui du principe général anti-abus, en dessous du seuil d’application de ce principe (V. § 10). Les critères de cette notion autonome se rattachent à la recherche de l’attribution correcte d’un revenu à une personne (V. § 11).La méthodologie d’emploi de cette notion autonome obéit à des règles différentes selon qu’il... Philippe MARTIN
  • Revue FI 3-2022 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

Le montage artificiel

#Auteur: Pierre¤ COLLIN1#Qualités: Conseiller d’État#Qualités: Président de la 8e chambre de la section du contentieux du Conseil d’ÉtatCet article a pour but de s’interroger sur la notion de « montage artificiel » et sur son rôle dans la mise en œuvre de la procédure de répression des abus de droits. Sa première partie (V. § 2 à 6) retrace l’origine de cette notion et tente, à défaut d’en donner une définition, d’en décrire quelques éléments constitutifs. Sa seconde partie (V. § 7 à 10) expose l’utilité que présente cette notion pour la mise en œuvre de la procédure de répression des abus de droit par l’administration, dont elle allège le fardeau probatoire. Introduction 1. Les contrats et actes de droit privé passés par les contribuables sont en principe opposables à l’administration, tout comme ils le sont aux autres tiers, tant qu’un juge - par hypothèse le juge judiciaire - ne les a pas … Continuer la lecture de « Le montage artificiel » Pierre COLLIN
  • Revue FI 3-2022 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

La substance des sociétés holding dans l’ordre international

#Auteur: Gauthier¤ BLANLUET#Qualités: Professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris II)#Qualités: Avocat, Sullivan & Cromwell LLP#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité Internationale#Auteur: Nicolas¤ DE BOYNES#Qualités: Avocat, Sullivan & Cromwell LLPPour exister et produire des effets sur le plan fiscal, une société ne doit pas être dépourvue de substance. Trois tests peuvent être mobilisés pour mesurer la substance d’une société. Un test de réalité, qui s’attache aux moyens matériels et humains dont la société dispose pour conduire son activité (V. § 8). Un test de rationalité, qui touche aux motifs économiques, juridiques, organisationnels, patrimoniaux, familiaux etc. justifiant la création de la société (V. § 12). Enfin un test d’effectivité, par lequel on s’assure que les compétences nécessaires à l’exercice de l’activité sont effectivement mises en œuvre par la société (V. § 16). S’agissant des sociétés holding, le test de rationalité est appe... Gauthier BLANLUET, Nicolas de BOYNES
  • Revue FI 3-2022 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

La recherche de la réalité dans les opérations internationales

Il fut un temps, qui disparaît progressivement sous nos yeux, de grande liberté dans la structuration juridique et fiscale des opérations internationales. Bien sûr, les législations nationales de certains États et les conventions internationales ont très tôt mis en place des concepts visant à appréhender les situations réelles et lutter contre les abus. Mais force est de constater, ces dernières années, la montée en puissance de ces concepts anciens et la volonté d’en créer de nouveaux. D’où une nécessaire mise en perspective afin de bien saisir l’évolution en cours.Sommaire du dossierLa substance des sociétés holding dans l’ordre international, FI 3-2022, n° 02.1Gauthier BLANLUET et Nicolas de BOYNESLe montage artificiel, FI 3-2022, n° 02.2Pierre COLLINLa notion de bénéficiaire effectif, FI 3-2022, n° 02.3Philippe MARTINRegard luxembourgeois sur la notion de substance et la proposition de directive sur les « entités écran » (ATAD 3), FI 3-2022, n° 02.4Jean SCHAFFNER...
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

Règles GloBE du Pilier 2 : impôts couverts ajustés

#Auteur: François¤ ROUX#Qualités: Directeur, Tax Reporting & Strategy, PwC Société d'avocats#Auteur: Sven¤ DUFILS#Qualités: Directeur, Tax Reporting & Strategy, PwC Société d'avocatsIntroduction 1. Après avoir calculé le résultat GloBE pour chaque entité constitutive - le dénominateur du calcul du taux effectif d’imposition GloBE (« TEI GloBE ») -, il faut calculer le numérateur du TEI GloBE : les impôts couverts ajustés. Selon le chapitre 4 du modèle de règles1, ce calcul du dénominateur se fait avant celui du numérateur car les effets d’impôts des ajustements permettant d’obtenir le résultat GloBE devront, par symétrie, être ajoutés ou retirés.La détermination des impôts couverts et des ajustements d’impôts couverts nécessite une analyse de la nature des impôts comptabilisés dans les comptes des entités constitutives (I). Le modèle de règles requiert une réallocation de certains impôts couverts entre différentes entités constitutives (II). Parmi les ajustements des impôt... François ROUX, Sven DUFILS
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

Règles GloBE du Pilier 2 : structures de holding spécifiques et entités d’investissement

#Auteur: Delphine¤ BOCQUET#Qualités: Avocat associée, PwC Société d’avocats#Auteur: Laurence¤ TOXÉ#Qualités: Avocat associée, PwC Société d'avocats#Auteur: Maud¤ PONCELET#Qualités: Avocat associée, PwC Société d'avocats#Auteur: François-Marc¤ VENIER#Qualités: Avocat, directeur, PwC Société d'avocats#Auteur: Anne-Christine¤ BOSSLER#Qualités: Avocat, Senior Manager, PwC Société d’avocatsIntroduction 1. Dans le cadre de notre étude, nous avons mentionné rapidement quelques dispositions spécifiques et même ignoré certaines prévues par le modèle de règles1. Cependant, il en est qui sont susceptibles d'intéresser soit tous les groupes d’EMN : les joint-ventures et, dans une moindre mesure, les entités constitutives détenues de façon minoritaire (I), soit tout un secteur : les entités d’investissement (II).Ces trois types d’entités ont en commun de déroger à la règle du taux effectif d’imposition juridictionnel en ce qu’elles ne peuvent agréger leurs résultats et impôts couverts à ceux d... Delphine BOCQUET, Laurence TOXÉ, Maud PONCELET, François-Marc VENIER, Anne-Christine BOSSLER
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

Le dispositif GloBE et le droit de l’Union européenne

#Auteur: Alexandre¤ MAITROT DE LA MOTTE#Qualités: Professeur à l’Université Paris-Est Créteil#Qualités: Président de la ComUE Université Paris-EstConstitutif, avec la règle d’assujettissement à l’impôt, du « Pilier 2 » de la réforme d’ampleur de la fiscalité internationale (pilier destiné à assurer l’imposition minimale des entreprises multinationales), le dispositif GloBE repose sur la mise en œuvre, par les États et territoires concernés, de deux règles nationales : une règle d’inclusion du revenu (RDIR) et une règle relative aux paiements insuffisamment imposés (RPII) (V. § 3). Au regard de la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne, tant la première (V. § 6) que la seconde (V. § 9) semblent toutefois constituer des restrictions aux libertés européennes de circulation, et méconnaître ainsi le droit primaire de l’Union. Face à ce risque, la Commission européenne a proposé aux États membre d’adopter une directive qui reprendrait le dispositif GloBE et l’étendra... Alexandre MAITROT DE LA MOTTE
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

Proposition de directive GloBE : spécificités et rapports de système

#Auteur: Lukasz¤ STANKIEWICZ#Qualités: Professeur à l'Université Jean Moulin Lyon III#Qualités: Directeur du Centre d'Études et de Recherches Financières et Fiscales (CERFF)#Qualités: Équipe de droit public de Lyon (EA 666)La proposition de directive GloBE, présentée le 22 décembre 2021, a pour objet de transposer fidèlement en droit de l’Union les termes de l’accord mondial trouvé au sein du Cadre inclusif de l’OCDE/G20 tels qu’exprimés dans le modèle de règles GloBE. Sous réserve de son adoption par le Conseil à l’unanimité, la directive fera peser sur les États membres l’obligation juridique d’appliquer les règles GloBE. Par rapport au modèle de règles, les spécificités de la directive proposée sont limitées (V. § 2). Elles touchent surtout à l’obligation qu’auront les États membres d’appliquer les règles GloBE aux opérations purement internes (V. § 6). L’application des mécanismes GloBE serait également décalée d’un an, en général (V. § 11), et de six années supplémentaires, sur … Continuer la lecture de « Proposition de directive GloBE : spécificités et rapports de système » Lukasz STANKIEWICZ
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

L’articulation du Pilier 2 avec les conventions fiscales internationales

#Auteur: Emmanuel¤ JOANNARD-LARDANT#Qualités: Professeur de droit public, Université Lumière Lyon II#Qualités: Transversales - Unité de recherche en DroitL’articulation du Pilier 2 avec les conventions fiscales internationales pose une question importante et délicate. Si l’OCDE estime que les règles du Pilier 2 ne devraient pas méconnaître les conventions fiscales existantes, cette affirmation apparaît, à bien des égards, fragile (V. § 8). Face aux risques d’incompatibilité, l’OCDE a d’ailleurs forgé des outils de conciliation entre les règles du Pilier 2 et les conventions existantes (V. § 19).Introduction 1. Fruit d’un « accord historique », selon les termes de Pascal Saint-Amans1, le Pilier 2 est destiné à établir un impôt minimum sur les bénéfices des grandes entreprises multinationales. Afin d’en assurer la mise en œuvre dans des délais particulièrement brefs, l’OCDE a publié le 20 décembre 2021 un modèle de règles du Pilier 22 suivi par la publication, le 22 décembre 2... Emmanuel JOANNARD-LARDANT
  • Revue FI 2-2022 Groupes de sociétés

Règles GloBE du Pilier 2 : restructurations d’entreprises

#Auteur: Valentin¤ LEROY#Qualités: Collaborateur, PwC Société d’avocatsIntroduction 1. Contrairement aux autres chapitres qui sont en général structurés autour d’un thème unique, le chapitre 6 du modèle de règles GloBE1 rassemble deux sujets distincts présentant peu de points communs si ce n’est le « haut de bilan ». Ces deux sujets sont, comme le révèle le titre du chapitre 6, les restructurations d’entreprises et les structures de holding. Nous traiterons ici uniquement des restructurations, certaines structures de holding étant traitées dans un autre article2. 2. Dans la perspective d’appréhender aux mieux la situation réelle des groupes d’entreprises multinationales (ci-après « groupes d’EMN »), dont la vie est ponctuée de restructurations, d’acquisitions et de cessions, le modèle de règles GloBE comprend des dispositions spécifiques destinées à prévenir les effets fiscaux indésirables que ces transactions sont susceptibles d’emporter sur le taux effectif d’imposition Glo... Valentin LEROY
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

Le Pilier 2 à l’épreuve de la Constitution : premières réflexions

#Auteur: Gauthier¤ BLANLUET#Qualités: Professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris II)#Qualités: Avocat, Sullivan & Cromwell LLP#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité InternationaleIntroduction 1. Le Pilier 2 n’est pas sorti de terre que déjà, des esprits curieux s’interrogent sur sa robustesse. Est-il de bonne « Constitution » ? Ne recèle-t-il pas quelque contrariété aux principes constitutionnels ? Coupons au plus court en laissant de côté la proposition de l’OCDE publiée le 20 décembre 2021 et concentrons-nous sur l’actuelle proposition de directive rendue publique deux jours plus tard et modifiée depuis afin de se rapprocher de ladite proposition de l’OCDE1. Le texte en est suffisamment abouti pour qu’il soit possible de porter un regard critique sur l’ensemble du dispositif. C’est ce qu’il faut essayer de faire, avec toute la prudence qui s’impose car les choses peuvent encore évoluer.La tâche promet d’être ardue, car si la directive devait être ado... Gauthier BLANLUET
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

Règles GloBE du Pilier 2 : calcul du taux effectif d’imposition et de l’impôt complémentaire

#Auteur: Diane¤ LASKE #Qualités: Avocat, Senior Manager, PwC Société d’avocats #Auteur: Valentin¤ LEROY #Qualités: Collaborateur, PwC Société d’avocats #Auteur: Kaël¤ DJAMAH #Qualités: Avocat, PwC Société d'avocats Introduction 1. Après avoir identifié les entités constitutives des groupes d’entreprises multinationales (ci-après « groupes d’EMN ») relevant du champ d’application du dispositif GloBE et défini le résultat GloBE ainsi que les impôts couverts sous GloBE, le modèle de règles1 décrit, en son chapitre 5, les conditions dans lesquelles l’impôt complémentaire GloBE doit être déterminé, sur la base de toutes les informations collectées et retraitées conformément aux chapitres précédents. 2. L’approche proposée au chapitre 5 comprend quatre étapes, dont la première (I), clé du dispositif GloBE, consiste à calculer un taux effectif d’imposition par juridiction (sauf exceptions, V. § 8). Le modèle de règles entérine ainsi le système d'agrégation des revenus et impôts ... Diane LASKE, Valentin LEROY, Kaël BRACI-DJAMAH
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

Règles GloBE du Pilier 2 : obligations déclaratives

#Auteur: Delphine¤ BOCQUET#Qualités: Avocat associée, PwC Société d'avocats#Auteur: François-Marc¤ VENIER#Qualités: Avocat, directeur, PwC Société d'avocatsIntroduction 1. Le modèle de règles1 institue des obligations déclaratives comportant des informations détaillées, dont il est important de noter qu’elles devront être souscrites par toutes les entreprises entrant dans le champ d’application du Modèle (et pas seulement par celles qui seront redevables d’un impôt complémentaire).C’est l’article 8.1 du modèle de règles qui prévoit à la fois la question de l’entité déclarante (I), le contenu de la déclaration (II) et les sanctions en cas de manquement aux obligations déclaratives (III). Plusieurs questions pratiques se posent, auxquelles le commentaire apporte certaines réponses. I. Détermination de l’entité déclarante 2. Le modèle de règles prévoit deux modalités déclaratives. La déclaration GloBE pourra en effet être effectuée soit directement auprès de la juridiction dans ... Delphine BOCQUET, François-Marc VENIER
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

Règles GloBE du Pilier 2 : détermination du résultat GloBE

#Auteur: Jérôme¤ LEROUX#Qualités: Avocat associé, PwC Société d’avocats#Auteur: François¤ LADOUSSE#Qualités: Avocat, directeur au sein de l'équipe Tax Reporting & Strategy, PwC Société d'avocatsIntroduction 1. La détermination du résultat GloBE est un des éléments clés dans le modèle de règles, puisqu’il constitue l’assiette imposable (certes minorée du revenu de substance) ainsi que le dénominateur du calcul du taux effectif d’imposition (TEI) GloBE1.La mécanique est familière aux fiscalistes et comptables français : le résultat fiscal est égal au résultat net comptable plus ou moins les retraitements extra-comptables.Le résultat net comptable dont il s’agit n’est pas le résultat net comptable statutaire de l’entité mais son résultat net comptable individuel déterminé dans la norme utilisée pour la préparation des états financiers de l'entité mère ultime, avant tout ajustement de consolidation et toute élimination des transactions intragroupes (I). Le résultat comptable ains... Jérôme LEROUX, François LADOUSSE
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

Règles GloBE du Pilier 2 : modalités de prélèvement de l’impôt complémentaire (RDIR et RPII)

#Auteur: Delphine¤ BOCQUET#Qualités: Avocat associée, PwC Société d’avocats#Auteur: Julien¤ MARTINEZ#Qualités: Avocat directeur, PwC Société d’avocats#Auteur: Elisa¤ LORCA#Qualités: Avocat collaborateur, PwC Société d’avocatsIntroduction 1. Les dispositions générales relatives aux modalités de prélèvement de l’impôt complémentaire sont prévues par le chapitre 2 du modèle de règles GloBE1.Une fois que le groupe a déterminé qu’un impôt complémentaire est dû au titre d’un bénéfice faiblement imposé dans une juridiction2, il reste encore à déterminer les modalités de prélèvement de cet impôt ainsi que la ou les entités redevables. L’impôt complémentaire est attribué et prélevé en application de deux règles distinctes mais interdépendantes que sont : - la règle d’inclusion des revenus (RDIR), qui est la règle prioritaire : elle consiste à assujettir à l’impôt complémentaire l’ (ou les) entité mère du groupe redevable de l’impôt. Le chapitre 2 du modèle de règles permet de déterminer l’... Delphine BOCQUET, Julien MARTINEZ, Elisa LORCA
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

Règles GloBE du Pilier 2 : champ d’application

#Auteur: Delphine¤ BOCQUET#Qualités: Avocat associée, PwC Société d’avocats#Auteur: Julien¤ MARTINEZ#Qualités: Avocat directeur, PwC Société d’avocats#Auteur: Elisa¤ LORCA#Qualités: Avocat collaborateur, PwC Société d’avocatsIntroduction 1. Le chapitre 1 du modèle de règles1 définit son champ d'application. Ces règles s’appliquent aux entités constitutives membres d’un groupe d’entités multinationales (ci-après « groupe » ou « groupe d’EMN ») dont le chiffre d’affaires annuel dans les comptes consolidés de l’entité mère ultime est d’au moins 750 M€au titre d’au moins deux des quatre derniers exercices fiscaux qui précèdent l’exercice testé.  2. Ce champ d'application est proche de celui du « Modèle de législation concernant la déclaration pays par pays » (le « Country by country reporting », CbCR), également préparé par l’OCDE. L’obligation de remettre aux autorités fiscales une déclaration pays par pays, qui révèle en particulier le chiffre d’affaires, le résultat avan... Delphine BOCQUET, Julien MARTINEZ, Elisa LORCA
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

Étude des règles GloBE du Pilier 2

#Auteur: Emmanuel¤ RAINGEARD DE LA BLÉTIÈRE#Qualités: Maître de conférences à l’Université Rennes I#Qualités: Co-directeur du Master 2 DFA, membre du CDA#Qualités: Avocat associé, PwC Société d’avocats 1. Le Cadre inclusif OCDE/G20 sur le BEPS a publié le 20 décembre 2021 les « Règles globales anti-érosion de la base d’imposition (Pilier Deux) » ou plutôt, comme la traduction de leur dénomination anglaise1 le reflète, un « modèle de règles ». Ce modèle a vocation à ériger un système international d’imposition qui devrait se superposer aux systèmes nationaux d’imposition des entreprises, afin d’assurer une imposition minimum effective des bénéfices des groupes d’entreprises multinationales à hauteur de 15 %.  2. En principe, ce modèle de règles doit être incorporé dans le droit interne des juridictions qui le souhaitent - c’est le principe de l’approche commune - dès 2023. L’application de la règle sur les paiements insuffisamment imposés n’est en revanche prévue que pour 2024... Emmanuel RAINGEARD DE LA BLÉTIÈRE
  • Revue FI 2-2022 Sources - Principes - Méthodes

L’impôt minimum mondial (Pilier 2)

#Auteur: Emmanuel¤ RAINGEARD DE LA BLÉTIÈRE#Qualités: Maître de conférences à l’Université Rennes I#Qualités: Co-directeur du Master 2 DFA, membre du CDA#Qualités: Avocat associé, PwC Société d’avocats 1. Le coup d’envoi de l’ambitieux projet de lutte contre l’évasion fiscale est la publication, en février 20131, du rapport intitulé « Lutter contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices »2, suivie par l’identification en septembre 2013, par les pays de l’OCDE et du G20, de 15 actions visant à combattre ces pratiques.Le projet BEPS était lancé et se concrétisa en octobre 2015 par la publication d’un plan d’action, composé de rapports sur chacune des 15 actions précédemment identifiées. Certaines actions, les « best practices », n’avaient vocation qu’à servir de guide lorsqu’un État souhaitait lutter contre certaines pratiques (e.g. les règles anti-hybrides, les SEC, les règles de limitation de la déductibilité des intérêts). D’autres nécessitaient des modifi... Emmanuel RAINGEARD DE LA BLÉTIÈRE
  • Revue FI 1-2022 Dirigeants et salariés

Partir travailler à l’étranger : quel statut social ?

#Auteur: Caroline¤ FROGER-MICHON#Qualités: Avocat associé, CMS Francis Lefebvre Avocats#Auteur: Aurélie¤ PARCHET#Qualités: Avocat, CMS Francis Lefebvre AvocatsLa question de la protection sociale est fondamentale pour les personnes partant travailler à l’étranger. Selon la nature juridique de la mobilité envisagée, les droits pourront découler du régime français et/ou dépendre du régime local (V. § 2). Les règles applicables sont en tout état de cause différentes suivant que la mobilité s’opère au sein de l’Union européenne (V. § 6) ou en dehors de l’Union européenne (V. § 12).Introduction1. Partir travailler à l’étranger au cours de sa carrière est une pratique très courante dans de nombreux groupes internationaux. Mais ce n’est pas sans susciter d’importantes questions juridiques. Un certain nombre de sujets doivent être envisagés en amont : fiscalité, immigration, droit du travail applicable, sort du contrat de travail mais également la protection sociale qui sera applicable au sala... Caroline FROGER-MICHON, Aurélie PARCHET
  • Revue FI 1-2022 Dirigeants et salariés

Mobilité professionnelle internationale, les atouts fiscaux de la France

#Auteur: Dimitar¤ HADJIVELTCHEV#Qualités: Avocat associé, CMS Francis Lefebvre Avocats#Auteur: Guillaume¤ DEBIÈVE#Qualités: Avocat, CMS Francis Lefebvre AvocatsDans ses efforts pour rendre la France attractive fiscalement pour les cadres et dirigeants internationaux, le législateur français a mis en place des régimes fiscaux visant à encourager la mobilité internationale des travailleurs. Ainsi, les personnes employées par des entreprises françaises sont incitées à partir en mission à l’étranger (V. § 2) par la possibilité de bénéficier d’un régime d’exonération totale (V. § 6) ou partielle (V. § 14) de la rémunération de leur activité exercée à l’étranger. Par ailleurs, les personnes non résidentes de France sont incitées à venir travailler en France par la possibilité de bénéficier du régime dit des « impatriés » (V. § 21). Ce régime permet une exonération d’impôt sur le revenu pouvant atteindre 50 % du salaire (V. § 25), et prévoit quelques avantages additionnels (exonération partie... Dimitar HADJIVELTCHEV, Guillaume DEBIÈVE
  • Revue FI 1-2022 Dirigeants et salariés

Le régime fiscal français du carried interest à l’épreuve des éléments d’extranéité

#Auteur: Sabina¤ COMIS#Qualités: Avocate associée, Dechert LLP#Auteur: Pierre-Emmanuel¤ FLOC'H#Qualités: Avocat collaborateur, Dechert LLPOutil d’alignement des intérêts des investisseurs avec celui des gestionnaires de fonds et de leurs équipes, le carried interest constitue également la pierre angulaire des politiques de rémunération des sociétés de gestion. Si la France a le mérite de disposer d’un régime spécifique et stable concernant l’imposition du carried interest des résidents fiscaux français (V. § 6), il n’en reste pas moins que, confronté à l’internationalisation croissante de l’industrie de la gestion d’actifs et à la complexification de la structuration des droits au carried interest qui en résulte, de nombreuses difficultés pratiques restent à résoudre (V. § 20).Introduction1.Un rendement subordonné et préférentiel - Dans l’industrie de la gestion d’actifs, le carried interest constitue un des éléments clés d’alignement entre les intérêts respectifs des gestionnaires et ... Sabina COMIS, Pierre-Emmanuel FLOC'H
  • Revue FI 1-2022 Dirigeants et salariés

Les outils d’intéressement légaux des managers en France et à l’étranger

#Auteur: Stéfanie¤ ATTELAN#Qualités: Directeur de Mission Senior, EY Société d’Avocats#Auteur: Grégoire¤ MOREAU#Qualités: Avocat, EY Société d’Avocats#Auteur: Stanislas¤ DUJARDIN#Qualités: Avocat associé, EY Société d’AvocatsDe plus en plus répandus en France et à l’étranger, les outils d’intéressement des managers se présentent sous de multiples formes. Malgré cette diversité, les outils légaux sont aujourd’hui privilégiés par la plupart des sociétés françaises car ils offrent le plus de sécurité, tant juridique que fiscale.Il n’existe pas de dispositif « idéal » qui conviendrait à l’ensemble des entreprises. Un plan d’intéressement pertinent prend nécessairement en compte le contexte de l’entreprise, ses enjeux et objectifs stratégiques (V. § 2).Au sein de ces outils légaux, les options de souscription ou d’achat d’actions sont délaissées depuis plusieurs années (V. § 4) au profit des attributions gratuites d’actions (V. § 8) et des bons de souscription de parts de créateur d’entrepr... Stéfanie ATTELAN, Grégoire MOREAU, Stanislas DUJARDIN
  • Revue FI 1-2022 Dirigeants et salariés

La détermination de la résidence fiscale du dirigeant : problématiques actuelles

#Auteur: Franck¤ LE MENTEC#Qualités: Avocat associé, Cohen & Gresser LLPLa détermination de la résidence fiscale des dirigeants peut s’avérer délicate à appréhender, compte tenu de l’articulation des critères internes et conventionnels, de l’introduction de présomptions fiscales, ou encore en raison d’une mobilité accrue ou au contraire d’une sédentarité subie.Introduction1. Les boussoles fiscales, relativement stabilisées et prédictibles depuis un certain nombre d’années en matière de résidence fiscale, sont aujourd’hui quelque peu affolées. La détermination de la résidence fiscale des dirigeants en offre une bonne illustration. On y oscille entre ubiquité et télétransportation fiscale : tantôt ils seront considérés être là, alors qu'ils ne le sont pas - tel est l’effet de la présomption de résidence fiscale introduite à l'article 4 B, 1, b du CGI - tantôt ils seront considérés comme étant ailleurs, alors qu’ils sont bien là, par exemple par le biais de l'accord signé avec l’Itali... Franck LE MENTEC
  • Revue FI 1-2022 Dirigeants et salariés

Problématiques fiscales internationales du dirigeant

#Auteur: Thomas¤ JACQUEMONT #Qualités: Rédacteur en chef Les dirigeants, entendus au sens large c’est-à-dire toutes les personnes exerçant une fonction de direction, que ce soit au titre d’un mandat social ou d’un contrat de travail, sont particulièrement confrontés à des problématiques fiscales internationales en raison de leur grande mobilité. C’est une évidence, identifiée depuis longtemps et pourtant les réponses à ces problématiques demeurent, elles, loin d’être évidentes… Résidence fiscale dans un contexte de crise sanitaire et de télétravail, Brexit, compétition entre entreprises et entre États pour attirer les talents, protection sociale : voici, pêle-mêle, les principaux éléments à prendre en compte aujourd’hui pour avoir une vision d’ensemble du sujet. Ce dossier a l’ambition de vous y aider, et nous remercions ici bien vivement nos différents contributeurs. Sommaire du dossier La détermination de la résidence fiscale du dirigeant : problématiques actuelles, FI 1-2022, n°... Thomas JACQUEMONT
  • Revue FI 4-2021 Territorialité - Résidence - Établissement stable

La construction du bilan de l’établissement stable

#Auteur: Emmanuel¤ DINH#Qualités: Maître de conférences à l’Université Paris Dauphine#Qualités: Directeur du master de Fiscalité de l’entreprise (221)#Qualités: Avocat à la Cour, Couderc Dinh & AssociésLe concept d’établissement stable constitue la pierre angulaire du système de taxation des entreprises dans un contexte international, en tant qu’il se fixe pour objectif de déterminer le seuil d’intégration économique à partir duquel une entreprise résidente d’un État verra ses revenus actifs soumis à la souveraineté fiscale de l’autre État. La question de la détermination du niveau de bénéfices attribuables à l’établissement stable est donc cruciale (V. § 1). Très tôt (dès 1933), les États se sont accordés sur un principe d’attribution des bénéfices à un établissement stable reposant sur la fiction de l’« entreprise distincte et indépendante exerçant des activités identiques ou analogues », qui continue à s’appliquer de nos jours, conformément à l’article 7 du modèle de convention ... Emmanuel DINH
  • Revue FI 4-2021 Territorialité - Résidence - Établissement stable

TVA : de l’établissement stable de présence physique à l’établissement stable de capacité ou d’engagement

#Auteur: Arnaud¤ MORAINE1#Qualités: Avocat associé, KPMG AvocatsLa jurisprudence récente sur l’établissement stable en matière de TVA semble élargir les critères physiques habituellement retenus (V. § 5) pour aboutir à des critères de capacité ou d’engagement, afin de caractériser un établissement stable au moyen d’équipements qui ne sont pas physiquement localisés en France, mais pouvant être actionnés à distance (V. § 2). Contribuant à rapprocher l’établissement stable TVA de celui caractérisé pour l’IS (V. § 27), ce glissement sera prochainement apprécié par la CJUE en TVA (V. § 30).Introduction1. Enfonçons sans préambule quelques portes ouvertes. La situation devrait être simple : la TVA est un impôt de consommation, taxons à la TVA au lieu de consommation et refermons le chapitre.Certes, ce lieu de consommation est parfois lui-même délicat à appréhender, mais les règles de territorialité, mises régulièrement à jour, comme par exemple pour les prestations de services (réforme europ... Arnaud MORAINE
  • Revue FI 4-2021 Territorialité - Résidence - Établissement stable

Le principe de non-discrimination, un moyen de contourner la non-résidence fiscale totale de l’établissement stable ?

#Auteur: Raphaël¤ COIN#Qualités: Avocat au barreau de Paris, cabinet Affidavit#Qualités: Docteur en droitLa situation fiscale de l’établissement stable reste traditionnellement ambiguë, principalement en raison de sa spécificité juridique. L’absence de personnalité juridique propre qui permettrait de le traiter comme un résident fiscal au même titre qu’une société, semble lui interdire cette assimilation pleine et entière. Ceci s’explique aussi par une certaine forme de conservatisme de la plupart des fiscalistes, et il ne nous semble pas que le chemin parcouru par l’OCDE dans les dernières années et la reconnaissance de plus en plus importante de la personnalité fiscale de l’établissement stable ne conduisent à reconnaitre une personnalité fiscale complète à l’établissement stable en lui concédant le statut de résident au sens des traités.Pour remédier à cette difficulté, le principe de non-discrimination lui donne accès aux mêmes droits que des résidents ordinaires en dépit de sa spé... Raphaël COIN
  • Revue FI 4-2021 Territorialité - Résidence - Établissement stable

Établissement stable et filiale : la liberté de choix de la forme juridique pour s’implanter à l’étranger induit-elle une neutralité fiscale en toutes circonstances ?

#Auteur: Pierre-Marie¤ ROCH1#Qualités: Avocat, Bredin Prat#Auteur: Victor¤ CAMATTA#Qualités: Avocat, Bredin PratSi, du point de vue de l’État d’accueil, la mise en œuvre de la liberté d’établissement implique généralement une obligation de neutralité fiscale du choix de la forme juridique (V. § 7 à 14), cette dernière n’a toutefois pas d’existence autonome et absolue dès lors qu’elle n’est qu’une conséquence non systématique de l’approche fondée sur la notion de discrimination (V. § 15 à 23). Du point de vue de l’État d’origine, cette question se présente sous un prisme différent : en effet, si la logique de la liberté d’établissement, qui fait en principe obstacle à toute comparaison entre deux situations transfrontalières, s’oppose à l’existence d’une telle obligation de neutralité (V. § 25 à 29), certaines solutions adoptées tant par la CJUE que par le Conseil d’État semblent aller dans le sens d’une convergence entre les deux formes d’établissement (V. § 30 … Continuer la lecture de « Établissement stable et filiale : la liberté de choix de la forme juridique pour s’implanter à l’étranger induit-elle une neutralité fiscale en toutes circonstances ? » Pierre-Marie ROCH, Victor CAMATTA
  • Revue FI 4-2021 Territorialité - Résidence - Établissement stable

L’établissement stable en tant que sujet fiscal

#Auteur: Gauthier¤ BLANLUET#Qualités: Professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris II)#Qualités: Avocat, Sullivan & Cromwell LLP#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité Internationale L’établissement stable est un Janus à deux visages. Le premier est celui d’une entreprise avec tous ses attributs, sujet de droit et sujet d’impôt. Le second montre le contraire, l’absence de personnalité, la dépendance à l’égard du siège. Ce va-et-vient entre dépendance et autonomie est perceptible dans l’ordre du régime fiscal applicable, auquel s’est intéressé le dernier colloque du CEFEP1. Mais la même tension s’observe également lorsqu’on examine l’établissement stable en tant que sujet fiscal. C’est le parti que ce dossier a choisi de prendre. À quoi ressemble le bilan fiscal de l’établissement stable ? Comment son résultat est-il déterminé ? Accède-t-il à un statut comparable à celui d’une filiale ? Peut-il bénéficier des avantages conventionnels ? Comment cerner les conto... Gauthier BLANLUET
  • Revue FI 4-2021 Territorialité - Résidence - Établissement stable

Attribution de profits aux établissements stables

#Auteur: Caroline¤ SILBERZTEIN#Qualités: Avocate associée, Baker & McKenzie AARPI#Auteur: Benoît¤ GRANEL#Qualités: Avocat, Partner, Baker & McKenzie AARPILe sujet de l'attribution de profits aux établissements stables n'est pas nouveau : il a été abordé dès le premier projet de modèle de convention de la Société des Nations en 1927 (V. § 4). Par la suite, les travaux de l'OCDE, reflétés dans l'évolution des articles 5, 7 et 9 du modèle de convention, ont depuis près d'un siècle oscillé par vagues successives entre assimilation et séparation des établissements stables et des filiales (V. § 7). L'AOA de 2010 répond à une volonté de plus grande assimilation (V. § 20). Pour autant, que l'établissement stable soit choisi ou subi, la question de l'attribution de profits reste complexe. À ce jour, il existe deux versions de l’article 7 incluses respectivement dans les modèles de convention de l’OCDE de 2008 (inchangée depuis 1963) et de … Continuer la lecture de « Attribution de profits aux établissements stables » Caroline SILBERZTEIN, Benoît GRANEL
  • Revue FI 3-2021 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

Démembrement et dispositifs anti-abus dans un cadre international

#Auteur: Franck¤ LE MENTEC#Qualités: Avocat associé, Cohen & Gresser LLPL’élargissement progressif et continu des dispositifs anti-abus, qu’ils soient internes ou internationaux, peut conduire à une remise en cause de pratiques bien établies que l’on croyait sécurisées, tel le démembrement de propriété. Ce dernier n’étant pas traité spécifiquement par ces mesures anti-abus, l’analyse fiscale à retenir s’avère parfois délicate et incertaine.Introduction1. Au-delà des problématiques de qualification d’un démembrement de propriété par une administration ou une juridiction étrangère, ou de conflit d’attribution de revenus entre nu-propriétaire et usufruitier, l’appréhension des démembrements par les dispositifs anti-abus peut s’avérer bien délicate. Ces derniers, qu’ils soient généraux ou spécifiques, ne visent pas de telles situations. On se souvient à cet égard du communiqué de presse publié en catastrophe par le ministère de l’Économie lors de l’introduction du « mini-abus de droit ... Franck LE MENTEC
  • Revue FI 3-2021 Patrimoine

L’application des conventions fiscales en matière d’impôt sur le patrimoine en présence de démembrement de propriété

#Auteur: Ariane¤ PÉRIN-DUREAU#Qualités: Professeur agrégée à l’Université de Strasbourg#Qualités: Co-directrice du Master Droit des affaires - DJCE, UMR 7354 DRESLe phénomène de double imposition en matière d’impôt sur le patrimoine souffre d’une faible visibilité. La plupart des États ont abandonné tout impôt sur le capital tandis que les droits dus à raison de la transmission de tout ou partie du patrimoine procèdent d’un impôt non périodique. Quoique fréquent en pratique, le phénomène de double imposition n’est pas récurrent. Le réseau conventionnel se révèle donc moins développé qu’en matière d’impôt sur les revenus et la jurisprudence, moins abondante. En conséquence, de nombreuses questions demeurent en suspens lorsqu’est en jeu un bien démembré, les divergences entre États quant à la nature du droit de l’usufruitier laissant encore apparaître de possibles phénomènes de double imposition économique.Introduction1. La question de l’application des conventions fiscales relatives aux... Ariane PÉRIN-DUREAU
  • Revue FI 3-2021 Patrimoine

Usufructs and Income Tax Treaties

#Auteur: Mark L.¤ BRABAZON #Qualités: Senior Counsel at the New South Wales bar #Qualités: Senior Fellow of Melbourne Law School, University of Melbourne #Auteur: Polina¤ KOURALEVA-CAZALS #Qualités: Professeur à l’Université de Savoie Mont Blanc Division of ownership by usufruct is an ancient legal institution, which confers on one person (the usufructuary) the right to enjoy and to perceive income from an asset that belongs to another (the bare-owner). However, the consequences of the division of ownership on the taxation are still sometimes unclear and its role in international taxation has been little studied. The French tax regime relies on an implicit assumption that the division of ownership should have no impact on the amount of taxable income from the assets subject to usufruct. The main problem is the identification of the taxpayer (the bare-owner or the usufructuary), which is often difficult even in a purely domestic context and may be … Continuer la lecture de « Usufructs and Income Tax Treaties » Mark L. BRABAZON, Polina KOURALEVA-CAZALS
  • Revue FI 3-2021 Patrimoine

La perception fiscale du démembrement aux États-Unis et au Royaume-Uni

#Auteur: Stéphanie¤ AUFÉRIL #Qualités: Avocat associé, cabinet Arkwood #Auteur: Xavier¤ GUÉRIN #Qualités: Avocat counsel, cabinet Arkwood #Auteur: Fanny¤ KARAMAN #Qualités: Avocat, cabinet Kozusko Harris Duncan LLP (New York) #Auteur: Edward¤ REED #Qualités: Avocat associé, cabinet Macfarlanes LLP (Londres) #Auteur: Alex¤ JONES #Qualités: Avocat senior, cabinet Macfarlanes LLP (Londres) Le démembrement est le principal outil de la transmission patrimoniale en France compte tenu de ses avantages (V. § 1). Cette notion de droit civil est mal connue des États de common law, tels que les États-Unis, à l’exception de l’État de la Louisiane compte tenu de son passé français, et le Royaume-Uni (V. § 3 et 8). Cette méconnaissance est de nature à complexifier le traitement fiscal du démembrement dans la mesure où celui-ci dépend de la qualification juridique du démembrement en droit américain ou en droit anglais. Les États-Unis hésitent entre « remainder interest » et trust (V. § 5) ... Stéphanie AUFÉRIL, Xavier GUÉRIN, Fanny KARAMAN, Edward REED, Alex JONES
  • Revue FI 3-2021 Patrimoine

La loi applicable au démembrement de propriété en droit international privé

#Auteur: Estelle¤ FOHRER-DEDEURWAERDER#Qualités: Maître de conférences HDR en droit privé et sciences criminelles, Université Toulouse CapitoleEn droit international privé, la loi de la source du droit réel se distingue de celle qui s’applique au bien qui en est l’objet (V. § 2). Le démembrement de propriété est ainsi susceptible d’être soumis à deux lois distinctes : celle à l’origine de sa création ou de sa transmission et celle qui s’applique à ses effets (V. § 3). Pour faire ce constat, il faut cependant identifier la règle de conflit qui permettra de désigner la loi applicable aux effets du droit réel. La doctrine préconise de se départir de la qualification de droit international privé lege fori (i.e. selon la loi du juge saisi) pour privilégier la qualification lege rei sitae (i.e. du lieu de situation du bien) en présence d’un bien corporel (V. § 8). Cette qualification lege rei sitae permettrait d’appliquer … Continuer la lecture de « La loi applicable au démembrement de propriété en droit international privé » Estelle FOHRER-DEDEURWAERDER
  • Revue FI 3-2021 Patrimoine

La fiscalité du démembrement dans le contexte international

#Auteur: Polina¤ KOURALEVA-CAZALS#Qualités: Professeur à l’Université de Savoie Mont Blanc Le démembrement du droit de propriété est une institution ancienne, dont les origines remontent au droit romain1. Il n’est pas défini en tant que tel en droit français. Seul le droit de l’usufruit est défini à l’article 578 du code civil comme « le droit de jouir des choses dont un autre a la propriété, comme le propriétaire lui-même, mais à la charge d'en conserver la substance ». La dissociation ainsi introduite entre le propriétaire (qui devient « nu ») et l’usufruitier présente de nombreux intérêts, tant dans une perspective successorale que dans celle de gestion des affaires. Le droit laisse également aux parties une marge de liberté importante dans l’organisation de leurs rapports. Mais le démembrement soulève également de nombreuses questions, tant juridiques que fiscales, dont l’appréhension s’est développée au gré des différentes théories juridiques2 et des évolutions de la société3. Auj... Polina KOURALEVA-CAZALS
  • Revue FI 2-2021 Questions générales

Le rôle des juridictions en fiscalité internationale

Un point de vue français#Auteur: Pierre¤ COLLIN#Qualités: Conseiller d’État, président de chambre à la section du contentieux du Conseil d’État#Qualités: Professeur associé à l’Université de Paris 2Quels sont les contentieux le plus fréquents aujourd’hui en fiscalité internationale ? Anticipez-vous une évolution liée aux changements de la politique fiscale des États et des pratiques économiques ?1. En amont de cette question, il faut souligner que la part, au sein du contentieux fiscal, des affaires de fiscalité internationale reste modeste. Pour ce qui concerne le Conseil d’État, qui traite en dernier ressort environ 1500 affaires fiscales par an, et abstraction faite des litiges mettant en jeu le droit de l’Union européenne pour retenir une acception du contentieux fiscal international limitée aux litiges dans lesquels est en cause l’application des conventions fiscales bilatérales, le nombre des affaires traitées se limite à quelques dizaines par an et le nombre d’affaires considéré... Pierre COLLIN, Peter J. WATTEL, Gabrielle ST-HILAIRE, Robert HOGAN
  • Revue FI 2-2021 Questions générales

Fiscaliste international demain : quelles problématiques ? quels métiers ?

#Auteur: Gauthier¤ BLANLUET#Qualités: Professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris II)#Qualités: Avocat, Sullivan & Cromwell LLP#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité Internationale#Auteur: Daniel¤ GUTMANN#Qualités: Professeur à l’École de droit de la Sorbonne (Université Paris I Panthéon)#Qualités: Avocat associé, CMS Francis Lefebvre Avocats#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité Internationale1. Les fiscalistes, comme les poètes, ont parfois la réputation d’être des « voyants », mais même ceux-là ne peuvent pas lire dans les entrailles, en particulier lorsqu’il s’agit de prédire leur propre avenir. Face à un monde qui s’emballe et se transforme, la plus grande difficulté consiste à penser le présent, avant toute chose. Voici dix ans que la fiscalité internationale est en ébullition et qu’il est toujours aussi difficile de déterminer sa direction, sa vitesse d’expansion et surtout son point de refroidissement. Dans cet environnement volca... Gauthier BLANLUET, Daniel GUTMANN
  • Revue FI 2-2021 Questions générales

Fiscaliste international demain : points de vue de directions fiscales d’entreprises

Danone#Auteur: Cyrille¤ DERO#Qualités: Directeur fiscal du Groupe DanoneQuels changements constatez-vous et anticipez-vous dans la gestion fiscale de votre entreprise, liés aux évolutions en cours et à venir de la fiscalité internationale ?1. Un premier constat : nous vivons dans un monde de contradictions qui nous oblige à nous réinventer. En effet, la Covid a exacerbé les tendances de fond de l’environnement international. Une dématérialisation du travail, des frontières fermées, des flux internationaux gênés et contraints, une volonté de protéger l’environnement, un besoin de transparence, un besoin de donner du sens à nos sociétés et ainsi donner du sens aux impôts que nous payons. Le sens devient le maître mot. Sens pour l’entreprise, sens de notre appartenance à nos sociétés. Et dans le même temps, le recours accru au soutien des économies via la dépense publique inaugure à plus au moins long terme une augmentation des impôts afin de financer la lutte … Continuer la lecture de « Fiscaliste international demain : points de vue de directions fiscales d’entreprises » Cyrille DERO, Sylvain MONTORO, Hugues PERDRIEL VAISSIÈRE
  • Revue FI 2-2021 Questions générales

Fiscaliste international demain : points de vue de cabinets d’avocats

Deloitte | Taj#Auteur: Sophie¤ BLÉGENT-DELAPILLE#Qualités: Avocat associée, Managing Partner de Deloitte | TajQuels changements constatez-vous et anticipez-vous dans votre pratique, liés aux évolutions en cours et à venir de la fiscalité internationale ?1. L’entrée en vigueur progressive des nouvelles normes en faveur de la transparence fiscale et de la lutte contre les pratiques agressives a conduit les entreprises à faire évoluer leurs politiques fiscales. La fiscalité est sortie petit à petit de la sphère « technique » à laquelle elle était cantonnée, pour entrer dans le domaine « stratégique » des dirigeants d’entreprise. En conséquence, le métier d’avocat fiscaliste s’est transformé. Désormais, il est amené à évaluer l’impact des décisions fiscales des entreprises sur leur stratégie globale et leur réputation et à alerter les dirigeants sur les risques pénaux qu’ils encourent. Sur le plan technique, de grandes réformes sont en gestation au niveau international qui nécessiteront de... Sophie BLÉGENT-DELAPILLE, Ronald E. CREAMER, Anne QUENEDEY, Éric CHARTIER
  • Revue FI 2-2021 Coopération administrative et règlement des différends

Administration fiscale : les services de contrôle et de règlement des différends face aux évolutions de la fiscalité internationale

Direction des vérifications nationales et internationales (DVNI)#Auteur: Marc¤ EMPTAZ#Qualités: Directeur de la Direction des vérifications nationales et internationalesQuels changements constatez-vous et anticipez-vous dans les pratiques de contrôle, liés aux évolutions en cours et à venir de la fiscalité internationale ?1. Il y a bientôt quarante ans la Direction des vérifications nationales devenait la Direction des vérifications nationales et internationales (DVNI)1. C’est assez dire si la préoccupation de la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales internationales n’est pas nouvelle au sein de l’administration fiscale française, notamment en ce qui concerne la structure chargée du contrôle des grandes entreprises. Cette constante concernant l’examen et le contrôle des relations économiques et financières que peuvent entretenir de grands groupes internationaux à travers les frontières a toutefois connue une forte accélération au cours des dix dernières années.On ne reviendra pa... Marc EMPTAZ, Jean-Luc BARÇON-MAURIN, Arnaud SAGE
  • Revue FI 1-2021 Questions générales

Crise sanitaire et économique : réactions et articulation avec les enjeux de long terme

#Auteur: Thomas¤ JACQUEMONT#Qualités: Rédacteur en chefLa pandémie de COVID-19 demeure omniprésente, nous posant un défi de plus, sanitaire et économique. Ce défi trouve naturellement sa traduction en fiscalité, car il met sous tension financière à la fois les entreprises dont l’activité se réduit voire s’arrête, et les pouvoirs publics amenés à engager des plans massifs de soutien des économies.Pour les groupes de sociétés internationaux, deux sujets apparaissent immédiatement : les prix de transfert, et la restructuration des dettes. Ces sujets s’ajoutent, en s’entremêlant, à des enjeux structurels déjà identifiés : numérisation de l’économie, lutte contre la fraude et l’évasion fiscales, lutte contre le réchauffement climatique. Pour les pouvoirs publics, au-delà des plans de soutien à court terme, la tâche est lourde puisqu’il leur revient d’adapter les règles de la compétition économique et fiscale mondiale. Mais s’il n’y a pas de doute sur le fait que l’essentiel se joue au nivea... Thomas JACQUEMONT
  • Revue FI 1-2021 Groupes de sociétés

Prix de transfert : des adaptations nécessaires pour faire face à la crise qui vient accentuer et accélérer les modifications déjà en cours

#Auteur: Eric¤ LESPRIT#Qualités: Avocat associé, Taj, Société d’Avocats, une entité du réseau DeloitteÀ l’issue d’une année 2020 particulièrement agitée, des mesures de précaution doivent être étudiées par les groupes internationaux afin de tenir compte des modifications apportées au cadre de référence des prix de transfert comme des changements intervenus du fait de la crise sanitaire et économique. La poursuite des travaux de l’OCDE doit à la fois inciter à la prudence et procurer une aide pour faire face aux circonstances économiques incertaines (V. § 2 et 6). Le niveau de la rémunération allouée aux sociétés du groupe reste une préoccupation majeure alors que les prévisions économiques se révèlent un exercice encore plus incertaint que d’habitude (V. § 11). La pression sur les prix de transfert devrait être maintenue par les administrations alors qu’elles disposent d’un accès élargis aux informations qui leur sont utiles, de manière toujours plus précoce (V. § … Continuer la lecture de « Prix de transfert : des adaptations nécessaires pour faire face à la crise qui vient accentuer et accélérer les modifications déjà en cours » Eric LESPRIT
  • Revue FI 1-2021 Questions générales

Fiscalité internationale des sociétés : réponses à la crise et enjeux structurels

#Auteur: Pascal¤ SAINT-AMANS#Qualités: Directeur de Centre de politique et d’administration fiscales de l’OCDELa fiscalité constitue un élément important de la réponse des gouvernements face à la crise de COVID-19, notamment pour soutenir la trésorerie des entreprises. Ces mesures d’urgence (V. § 10), prises en conjonction avec les tendances structurelles observées en matière de fiscalité des entreprises, ont un impact significatif sur les finances publiques (V. § 6). Elles renforcent la nécessité de poursuivre les travaux en matière de lutte contre l’optimisation fiscale des multinationales et de parvenir à une solution durable sur la fiscalité du numérique (V. § 15). La période actuelle représente aussi l’opportunité de faire évoluer les fondamentaux de la politique fiscale, afin de mieux intégrer les considérations liées à l’environnement (V. § 21) et au développement (V. § 22), dont l’importance ne cesse de croître dans l’agenda fiscal international.Introduction1. La pandémie de CO... Pascal SAINT-AMANS
  • Revue FI 1-2021 Questions générales

Adapter la fiscalité des entreprises à une économie mondiale numérisée : analyse et recommandations du Conseil des prélèvements obligatoires

#Auteur: Marc¤ FOSSEUX#Qualités: Conseiller référendaire à la Cour des comptes#Qualités: Rapporteur général du Conseil des prélèvements obligatoiresLe Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) a remis en octobre 2020 à la Commission des finances de l’Assemblée nationale un rapport sur les conséquences de la mondialisation et de la numérisation de l’économie pour le système de prélèvements obligatoires sur les entreprises. Ce travail est intervenu dans un contexte où, avant même le déclenchement de la pandémie de Covid-19, le constat d’une inadaptation croissante de la fiscalité internationale face à ces enjeux avait conduit à réfléchir à un nouveau cadre multilatéral. Le CPO a d’abord procédé à une analyse comparée de la fiscalité directe des entreprises en France par rapport à ses principaux concurrents. Il en ressort que la France affiche une fiscalité des entreprises globalement plus élevée et plus complexe qu’ailleurs (V. § 4). Si, s’agissant de l’impôt sur les sociétés, la compé... Marc FOSSEUX
  • Revue FI 1-2021 Questions générales

Quel avenir pour l’impôt sur les sociétés ?

#Auteur: Etienne¤ LEHMANN1#Qualités: Professeur de Sciences Economiques#Qualités: Université Panthéon Assas#Qualités: CRED (TEPP)L’impôt sur les sociétés fait partie des instruments permettant de taxer les revenus du capital, nécessaires pour capter des différences de capacités contributives telles que les différences de patrimoine (V. § 11), de propension à épargner (V. § 12) ou de capacités à réaliser des placements rentables (V. § 13). Néanmoins, les contribuables en dernier ressort de l’impôt sur les sociétés sont les actionnaires qui sont également taxés en France par le prélèvement forfaitaire unique (V. § 16). Ce dernier a l’avantage sur l’impôt sur les sociétés d’être moins nocif pour attirer les investissements étrangers (V. § 17) et de ne pas décourager le réinvestissement des bénéfices dans les sociétés (V. § 20). Néanmoins, une imposition minimale des sociétés à la source demeure indispensable pour sécuriser une base fiscale qui sinon échapperait à l’administration fiscale,... Etienne LEHMANN
  • Revue FI 1-2021 Questions générales

L’autre chemin possible pour la fiscalité environnementale

#Auteur: Bénédicte¤ PEYROL#Qualités: Députée de l’AllierLa définition actuelle d’une taxe dite environnementale repose sur des critères désuets et aux antipodes de la conception que se font les citoyens de cette fiscalité (V. § 8). Les critères de rendement (V. § 6) et d’affectation (V. § 9) gâchent son ambition première qui doit être de protéger l’environnement. L’« éco-contribution » sur les billets d’avion en est une parfaite illustration (V. § 18). Si le grand soir de la fiscalité environnementale n’est pas venu, un autre chemin est possible. La refonte de la fiscalité environnementale française doit être pensée dans le système fiscal global et non pas à côté (V. § 15). C’est en partant de l’idée de ce que devrait être une véritable fiscalité environnementale que des orientations se dégagent pour clarifier sa définition (V. § 13). Le Conseil constitutionnel peut jouer un rôle important dans ce nécessaire processus, en étant appelé à … Continuer la lecture de « L’autre chemin possible pour la fiscalité environnementale » Bénédicte PEYROL
  • Revue FI 1-2021 Dividendes - Intérêts - Redevances

Pandémie et restructurations de la dette des entreprises : quelques considérations fiscales

#Auteur: Margaux¤ LIZÉ#Qualités: Avocat, Skadden, Arps, Slate, Meagher & Flom LLP#Auteur: Thomas¤ PERROT#Qualités: Avocat, Skadden, Arps, Slate, Meagher & Flom LLPLa crise sanitaire causée par le COVID-19 s'est doublée d'une crise économique sans précédent qui force les entreprises à adapter leur structure financière. Nombreuses sont celles dont la trésorerie disponible ne leur permet plus de faire face au service de leur dette, les contraignant, avec leurs prêteurs, à envisager une restructuration, soit par abandon total ou partiel de créances (V. § 3), soit en rachetant celles-ci moyennant une décote (V. § 25), soit encore en les convertissant en capital (V. § 32). Ces opérations, simples en apparence, sont, sur le plan des impôts directs, autant de chausse-trappes pour les créanciers et les débiteurs qui n'en ont pas étudié à l'avance le régime fiscal. Le Gouvernement a cependant introduit plusieurs mesures de soutien bienvenues en cette période difficile... Margaux LIZÉ, Thomas PERROT
  • Revue FI 1-2021 Questions générales

Politique fiscale de la Commission européenne : où en sommes-nous ?

#Auteur: Vincent¤ DANIEL-MAYEUR#Qualités: Avocat associé, Freshfields Bruckhaus Deringer, Paris#Auteur: Jordan¤ SERFATI1#Qualités: Avocat, Freshfields Bruckhaus Deringer, ParisLa première année de mandat de la Commission von der Leyen s’est avérée en définitive bien plus difficile qu’escompté. La pandémie mondiale et la crise économique qui en a résulté ont imposé à la Commission de travailler dans l’urgence sur de nouveaux chantiers. Dès le mois de mars 2020, la Commission se mobilisait afin de soutenir les États membres et leur permettre de financer les mesures d’urgence au soutien de leurs économies (V. § 4). Le 27 mai 2020, elle présentait son plan de relance baptisé « Next Generation EU » doté d’une enveloppe sans précédent de 750 milliards d’euros (V. § 6). Pour financer ce plan de relance ambitieux, de nouvelles sources de recettes pour le budget de l’Union européenne (« ressources propres ») seront nécessaires (V. § 8). Malgré le retard pris en … Continuer la lecture de « Politique fiscale de la Commission européenne : où en sommes-nous ? » Vincent DANIEL-MAYEUR, Jordan SERFATI
  • Revue FI 4-2020 Questions générales

Le traitement des entités exonérées en fiscalité internationale

#Auteur: Philippe¤ MARTIN#Qualités: Président de la section des travaux publics du Conseil d’État,#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité InternationaleLe traitement des entités exonérées en fiscalité internationale pose des questions relevant à la fois du droit interne, du droit de l’Union européenne et des conventions fiscales internationales. Ces questions sont rendues de plus en plus complexes par la diversité des situations que doit appréhender le droit fiscal. Sur le plan juridique, les principales questions concernent l’accès aux avantages des conventions fiscales internationales et l’accès aux régimes d’exonération de droit interne.La diversité des situations - Les entités exonérées relèvent de statuts très différents : personnes publiques ou para-publiques, secteur associatif au sens large, organismes financiers, etc.Les activités exercées sont elles-mêmes très diverses, en lien souvent avec le statut de ces entités : activités sociales, culturelles, environ... Philippe MARTIN
  • Revue FI 4-2020 Territorialité - Résidence - Établissement stable

Le champ des conventions pour les personnes exonérées d’impôt

#Auteur: Stéphane¤ AUSTRY#Qualités: Avocat associé, CMS Francis Lefebvre Avocats,#Qualités: Professeur associé à l’Ecole de Droit de la Sorbonne, Université Paris ILa question du champ des conventions pour les personnes exonérées d’impôt se présente différemment selon que sont prises en considération les règles distributives des conventions ou la clause de non-discrimination. S’agissant des règles distributives, la question essentielle apparaît celle de l’appréciation de l’existence d’un assujettissement en fonction d’un « lien personnel » entre les personnes exonérées et l’État contractant pour la définition de la notion de résident au sens de l’article 4, § 1 du modèle (V. § 5). Les commentaires sous cet article rappellent les divergences entre les États sur ce point, qui sont notamment à l’origine de la modification ayant eu pour objet de préciser expressément que les fonds de pension constituent des résidents au sens de ces stipulations, qu’ils bénéficient ou non d’une exonération ... Stéphane AUSTRY
  • Revue FI 4-2020 Territorialité - Résidence - Établissement stable

Entités étrangères exonérées : quel traitement fiscal par la France ?

#Auteur: Emilie¤ BOKDAM-TOGNETTI #Qualités: Maître des requêtes au Conseil d’État Si l’exonération dont elles bénéficient dans leur État d’implantation à raison de leur statut ou de leur activité d’intérêt général met, sauf pour la clause définissant la notion de résident à comporter des stipulations particulières à leur égard, les entités étrangères considérées en difficulté pour obtenir de la part de la France le bénéfice des avantages conventionnels, et si cette exonération étrangère ne leur ouvre pas droit à l’octroi d’exonérations identiques en droit interne français, les similitudes de statut, de modalités de fonctionnement et de conditions d’exercice de leurs activités par ces associations, fondations et autres personnes morales étrangères avec leurs homologues françaises peut parfois leur permettre d’obtenir, selon les cas par le biais de l’assimilation ou par le truchement de principes européens ou conventionnels imposant un traitement comparable, les exonérations prévues pa... Émilie BOKDAM-TOGNETTI
  • Revue FI 4-2020 Dividendes - Intérêts - Redevances

Le traitement des organismes de placement collectif en fiscalité internationale

#Auteur: Camille¤ NEVEU#Qualités: Directrice des Affaires fiscales et comptables de l’Association française de la gestion financière - AFGL’investissement intermédié, c’est-à-dire à travers un organisme de placement collectif (OPC), se définit par le placement d’une trésorerie disponible au sein d’un véhicule financier selon une orientation d’investissement prédéfinie par une société de gestion. La pluralité d’acteurs (V. § 1) et de produits (V. § 2) en fait un outil réglementé et efficace, quand bien même certains frottements fiscaux persistent au niveau de l’OPC (V. § 3). Pour bien comprendre ces problématiques, il faut analyser le traitement fiscal appliqué aux revenus distribués par des OPC français, le traitement fiscal appliqué aux OPC étrangers investissant en France et le traitement fiscal appliqué aux OPC français investissant à l’étranger. Ainsi, les intérêts et plus-values distribués par les OPC français sont généralement exemptés de retenue à la source en France lors de leu... Camille NEVEU
  • Revue FI 4-2020 Territorialité - Résidence - Établissement stable

Politique conventionnelle de la France concernant les entités exonérées

#Auteur: Christophe¤ POURREAU#Qualités: Directeur de la législation fiscale,#Qualités: Ministère de l’économie, des finances et de la relanceDans le cadre de notre dossier consacré au traitement des entités exonérées en fiscalité internationale, le directeur de la législation fiscale, M. Christophe Pourreau, a bien voulu répondre à nos questions. Qu’il en soit ici vivement remercié.1.Comment la DLF gère-t-elle, du point de vue de la fiscalité internationale, la diversité des situations des entités exonérées, qui couvrent aussi bien des entités du secteur financier que des organismes sans but lucratif à statut (para-étatique, associatif, etc.) et activités (sociale, culturelle, économique, etc.) de plus en plus diversifiés ?2. Christophe POURREAU - En application du droit européen et de la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne, le droit interne a assimilé les revenus et organismes sans but lucratif établis soit dans d’autres États membres, soit dans des États parties... Christophe POURREAU
  • Revue FI 3-2020 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

Directive DAC 6 : transpositions française et européennes

#Auteur: Daniel¤ GUTMANN#Qualités: Professeur à l’École de droit de la Sorbonne (Université Paris I Panthéon)#Qualités: Avocat associé, CMS Francis Lefebvre Avocats#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité InternationaleLa directive (UE) 2018/822 du Conseil, dite « DAC 6 », fait peser sur les « intermédiaires fiscaux » de nouvelles obligations déclaratives relatives aux « dispositifs transfrontières » mis en œuvre par leurs clients.De nombreuses opérations que la directive considère a priori comme déclarables n’existent plus en pratique ou voient leurs effets fiscaux optimisants neutralisés par la réglementation fiscale. DAC 6 a été conçue à une époque où la directive ATAD 2 n’existait pas ; elle a été pensée sur la base d’un état du droit qui n’est souvent plus conforme aux législations des États membres. Il n’en reste pas moins que ce texte a de très importantes conséquences en pratique. Certaines opérations déclarables sont définies de façon si floue, sans d’a... Daniel GUTMANN
  • Revue FI 3-2020 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

Directive DAC 6 : une transposition disparate et protéiforme de l’obligation déclarative

#Auteur: Claire¤ ACARD#Qualités: Avocat associé, EY Société d’Avocats#Auteur: Nicolas¤ JACQUOT#Qualités: Avocat associé, Arsene TaxandLa directive (UE) 2018/822 du Conseil, dite « DAC 6 » agite le monde fiscal depuis son adoption le 25 mai 2018. Si elle poursuit un objectif incontestable de plus grande transparence, elle donne à ce stade l’impression d’une grande complexité conceptuelle et pratique et d’une lourde machine administrative à mettre en œuvre, avec un hiatus gênant dès le départ, entre d’une part, la finalité exposée dans ses considérants de ne s’attaquer qu’aux dispositifs transfrontières agressifs, et d’autre part, une obligation déclarative qui semble aller bien au-delà. La transposition de la directive dans les États membres est attendue à double titre : peut-elle lever les interrogations sur les concepts de la directive ? Et peut-elle, par une approche pragmatique, trancher ce hiatus ?Introduction1. La directive (UE) 2018/822 du 25 mai 2018 dite « DAC 6 » (ci-apr... Claire ACARD, Nicolas JACQUOT
  • Revue FI 3-2020 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

Les dispositifs entrant dans le champ de la directive DAC 6 : premières analyses françaises et étrangères

#Auteur: Claire¤ ACARD#Qualités: Avocat associé, EY Société d’Avocats#Auteur: Daniel¤ GUTMANN#Qualités: Professeur à l’École de droit de la Sorbonne (Université Paris I Panthéon)#Qualités: Avocat associé, CMS Francis Lefebvre Avocats#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité InternationaleLe présent article examine les dispositifs entrant dans le champ de l’obligation déclarative en vertu de la directive DAC 6. Il présente le concept de dispositif transfrontière puis les principaux marqueurs prévus par la directive en identifiant les zones d’ombre résiduelles ainsi que les difficultés d’application prévisibles. Pour chaque marqueur, une approche comparative est en outre retenue afin de faire ressortir la spécificité (ou non) de l’interprétation de la directive retenue par l’administration française en l’état actuel de sa doctrine publiée.Introduction1. Pour entrer dans le champ de la directive (UE) n° 2018/22 du 25 mai 2018, dite « DAC 6 »1, un « dispositif » doit prése... Claire ACARD, Daniel GUTMANN
  • Revue FI 3-2020 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

La transposition de la directive DAC 6 conduit-elle à des altérations injustifiées du secret professionnel de l’avocat ?

#Auteur: Jacques¤ TAQUET#Qualités: Ancien bâtonnier des Hauts-de-Seine,#Qualités: Président de la Commission fiscale du Conseil des barreaux européensIntroduction1. La directive (UE) 2018/822 du Conseil du 25 mai 2018 modifiant la directive 2011/16/UE en ce qui concerne l'échange automatique et obligatoire d'informations dans le domaine fiscal en rapport avec les dispositifs transfrontières devant faire l'objet d'une déclaration, dite « DAC 6 », vise à permettre aux États membres de collecter des informations sur les dispositifs transfrontières qui sont révélateurs du caractère hybride de leurs législations conduisant à des qualifications fiscales asymétriques. Cette asymétrie a pour effet que tout ou partie de la matière imposable est faiblement imposée voire non imposée. L’analyse des informations collectées suite à la transposition de la directive doit donc conduire les États membres à modifier leurs législations pour corriger ces insuffisances. Il est important de souligner - ce qu... Jacques TAQUET
  • Revue FI 2-2020 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

La clause anti-abus générale de la directive ATAD : tour d’horizon européen

#Auteur: Thomas¤ JACQUEMONT#Qualités: Rédacteur en chefLa période récente, particulièrement riche en matière de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale internationale, a vu notamment l’apparition de nouvelles clauses anti-abus générales, tant au niveau de l’OCDE1 qu’à celui de l’Union européenne. S’agissant de cette dernière, la clause est prévue par l’article 6 de la directive anti-évasion fiscale, communément désignée par son acronyme anglais « ATAD » (pour Anti-Tax Avoidance Directive ), et va commencer à produire ses premiers effets. Pour mesurer ceux-ci, pour réfléchir et s’adapter à la nouvelle donne, un tour d’horizon européen de la transposition de la directive nous a semblé nécessaire. Car si les voyages forment la jeunesse, ils stimulent également l’esprit du fiscaliste, et en l’occurrence font ressortir la singularité de la France.Ce tour d’horizon a été réalisé par le Groupe EU/Fiscalité Internationale du cabinet FIDAL, qui a mobilisé ses correspondants européens. Que c... Thomas JACQUEMONT
  • Revue FI 2-2020 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

La clause anti-abus générale de la directive ATAD : comparaison des transpositions dans 5 États membres (France, Allemagne, Irlande, Luxembourg et Pays-Bas)

#Auteur: Séverine¤ LAURATET#Qualités: Avocat associé au sein du département Impôts directs, FIDAL,#Qualités: En charge du Groupe EU/Fiscalité Internationale1. La directive dite « ATAD 1 »1, consolidée par la directive « ATAD 2 »2, a été adoptée pour lutter contre l’évasion fiscale au sein du marché intérieur de l’UE. Elle devrait avoir un impact significatif sur le paysage fiscal européen même si comme le précise le considérant 3 « ces règles [doivent] s'adapter à vingt-huit systèmes distincts d'imposition des sociétés, il convient qu'elles soient limitées à des dispositions générales et qu'il soit laissé aux États membres le soin de les mettre en œuvre puisqu'ils sont mieux placés pour définir les éléments spécifiques de ces règles de la manière la mieux adaptée à leur système d'imposition des sociétés. ».La directive fixe ainsi un socle minimum commun de protection pour le marché intérieur dans des domaines spécifiques.2. Il a été réalisé avec nos correspondants européens une c... Séverine LAURATET
  • Revue FI 2-2020 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

La clause anti-abus issue de la transposition française de la directive ATAD

#Auteur: Séverine¤ LAURATET#Qualités: Avocat associé au sein du département Impôts directs, FIDAL,#Qualités: En charge du Groupe EU/Fiscalité Internationale#Auteur: Sylvain¤ GIBON#Qualités: Avocat fiscaliste au sein du département Impôts directs, FIDAL,#Qualités: Groupe EU/Fiscalité Internationale#Auteur: Julien¤ SUEUR#Qualités: Fiscaliste au sein du département Impôts directs, FIDAL,#Qualités: Groupe EU/Fiscalité InternationaleLa directive anti-évasion fiscale n° 2016/1164, dite « ATAD » (Anti Tax Avoidance Directive)1, adoptée par le Conseil de l’Union européenne en 2016, établit des règles en vue de lutter contre la fraude et l’évasion fiscales. Elle fixe des normes minimales parmi lesquelles figure une clause anti-abus générale visant à combler les lacunes des clauses anti-abus spécifiques. Le législateur français a opté pour une transposition littérale via une codification au sein du nouvel article 205 A du CGI. Ce texte rejoint les dispositifs anti-abus généraux historiques en vi... Séverine LAURATET, Sylvain GIBON, Julien SUEUR
  • Revue FI 2-2020 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

The ATAD general anti-abuse rule in Germany

#Auteur: Gabriele¤ RAUTENSTRAUCH#Qualités: Steuerberaterin, Partner, WTS Group AG Steuerberatungsgesellschaft, München, GermanyAs the German tax laws contains since decades a general anti-abuse rule in Sec. 42 of the German Fiscal Code, the German legislator did not see the necessity to implement the ATAD general anti-abuse rule into German law. The German tax authorities as well as the main tax commentators are of the opinion that the minimum standard of the ATAD GAAR is completely fulfilled by the already existing German GAAR in Sec. 42 of the German Fiscal Code.Introduction1. The following table shows how the Directive (EU) 2016/1164 of 12 July 2016 laying down rules against tax avoidance practices that directly affect the functioning of the internal market (in the following: ATAD1) is been reflected in German tax law. Most of the tax rules governed in ATAD - except of the anti-hybrid rules (Article 9 of the ATAD) - were already … Continuer la lecture de « The ATAD general anti-abuse rule in Germany » Gabriele RAUTENSTRAUCH
  • Revue FI 2-2020 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

The ATAD general anti-abuse rule in Ireland

#Auteur: Kevin¤ SMITH#Qualités: Partner, Matheson (Dublin)#Auteur: Finn¤ KELLY#Qualités: Associate solicitor, Matheson (Dublin)Ireland has had a domestic GAAR for many years and, as a result, did not introduce any new measures or amend its existing GAAR as a consequence of ATAD.  Ireland’s GAAR could be said to be broader than the minimum standard required by ATAD. In addition, Ireland’s GAAR has been considered by the Irish Supreme Court in a recent case.Introduction1. The following table reflects how ATAD has been transposed into Irish law.ATAD provisionProvision in Taxes Consolidation Act 1997TransposedInterest limitation (Article 4)Not yet transposed Expected date 1 January 2021Exit taxation (Article 5)Sections 627 – 629C1 January 2019, with effect from 10 October 2018GAAR (Article 6)Section 811C Pre-existingCFC rules (Articles 7 and 8)Sections 835I to 835Y 1 January 2019Anti-hybrid rules (Article 9 and ATAD 2)Sections 835Z to 835AX 1 January 2020How ATAD Directive’s anti-abuse cla... Kevin SMITH, Finn KELLY
  • Revue FI 2-2020 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

The ATAD general anti-abuse rule in Luxembourg

#Auteur: Michiel¤ BOEREN#Qualités: Partner, Tiberghien Luxembourg#Auteur: Maxime¤ GROSJEAN#Qualités: Senior Associate, Tiberghien Luxembourg#Auteur: Maja¤ VULEVIC#Qualités: Associate, Tiberghien LuxembourgThe article discusses the implementation of the ATAD general anti-abuse rule into Luxembourg law, reflecting also on the previous Luxembourg anti-abuse regime and its relevance and potential impact in the light of the application of the ATAD general anti-abuse rule.Introduction1. Two anti-tax avoidance directives, respectively Council Directive (EU) 2016/1164 of 12 July 2016 (“ATAD 1”) and Council Directive (EU) 2017/952 of 29 May 2017 (“ATAD 2”), designed to tackle tax avoidance within the internal market, have significantly impacted the European tax landscape. ATAD 1 was introduced into Luxembourg law by the Law dated 21 December 2018 and most provisions have been applicable since 1 January 2019 (i.e. those relating to interest limitation, controlled foreign company, hybrid instrume... Michiel BOEREN, Maxime GROSJEAN, Maja VULEVIC
  • Revue FI 2-2020 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

The ATAD general anti-avoidance rule in the Netherlands

#Auteur: Ivo¤ KUIPERS#Qualités: Tax Partner, Atlas Tax Lawyers (Amsterdam)The Dutch legislator decided not to implement the General Anti-Avoidance Rule (“GAAR”) of the EU Anti-Tax Avoidance Directive (“ATAD”) and to rely on the court developed fraus legis doctrine. As there are several discrepancies between the GAAR of ATAD and the concept of fraus legis, question arises whether this is actually sufficient for a proper implementation.Introduction1. The Anti-Tax Avoidance Directive (“ATAD”) as adopted by the European Council contains anti-abuse measures which Member States of the European Union had to implement in their domestic laws. The ATAD set minimum standards and Member States were free to impose more strict rules. Article 6 of ATAD contains a general anti-avoidance rule (“GAAR”), with the aim to tackle abusive tax practices that have not been dealt with through specifically targeted provisions. Like most of the ATAD measures, the GAAR should have been implemented by the Member … Continuer la lecture de « The ATAD general anti-avoidance rule in the Netherlands » Ivo KUIPERS
  • Revue FI 1-2020

Transactions fiscales et pénales : quel régime, quel intérêt, et quels effets ?

#Auteur: Thomas¤ JACQUEMONT#Qualités: Rédacteur en chefAprès les « regards croisés sur le règlement des différends fiscaux » dans le précédent numéro1, l’actualité nous conduit à s’intéresser à un autre mode de règlement non juridictionnel des conflits : la transaction.À l’instar de la procédure amiable et de l’arbitrage, qui font l’objet d’un véritable « renouveau »2, la transaction semble promise à un bel avenir en matière de fiscalité internationale. Si l’exemple le plus spectaculaire vient bien sûr de la matière pénale avec la récente convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) conclue avec les sociétés du groupe Google, les transactions en matière fiscale sont loin d’être anecdotiques et de plus en plus souvent mises en œuvre avant tout contrôle fiscal (procédures de régularisation d’avoirs à l’étranger, de mise en conformité fiscale). Cet outil revêt ainsi des aspects financiers et pratiques importants. Au-delà, c’est aussi la relation entre l’administration et les contri... Thomas JACQUEMONT
  • Revue FI 1-2020 Lutte contre la fraude et l’évasion fiscales

La transaction en matière de fiscalité internationale : un outil de régulation des contrôles et contentieux fiscaux ?

#Auteur: Nicolas¤ JACQUOT#Qualités: Avocat associé, Arsene TaxandComme de nombreux pays, la France utilise la transaction en matière fiscale. Son champ est néanmoins strictement encadré et ne peut porter que sur les pénalités et amendes non définitives (V. § 3). Pourtant, à l’instar de ce qui peut se faire dans certains pays (V. § 16), le besoin se ressent de disposer d’un outil permettant à l’administration d’aller plus loin (V. § 15). Le développement de la transaction fiscale, tout particulièrement en matière internationale, passe en outre par la diffusion d’outils dans la sphère pénale, en France (V. § 23), comme à l’étranger (V. § 27).Introduction1. En matière fiscale, les règles relatives à l’établissement de l’assiette, du taux et des modalités de recouvrement relèvent de la compétence exclusive du législateur1. Dans ce cadre, la loi prévoit la possibilité pour l’administration fiscale de procéder à des remises gracieuses ou à des transactions. Strictement … Continuer la lecture de « La transaction en matière de fiscalité internationale : un outil de régulation des contrôles et contentieux fiscaux ? » Nicolas JACQUOT
  • Revue FI 1-2020 Coopération administrative et règlement des différends

Transaction fiscale : actualité de l’adage « un mauvais accord vaut mieux qu’un bon procès »

#Auteur: Raphaël¤ COIN1#Qualités: Ancien directeur fiscal de General Electric pour les activités exercées en FranceLes adages juridiques sont souvent présentés aux étudiants comme le fondement de leur matière, tels des axiomes pour les mathématiciens. Cependant, chacun sait qu’à échéances régulières, des évènements viennent nous rappeler que la connaissance progresse par la remise en cause des vérités établies. Le compromis en matière fiscale, question stratégique pour les groupes et l’administration fiscale, n’échappe pas à ce mouvement, même si la culture fiscale française a de grandes difficultés à le promouvoir, car il est systématiquement présenté comme la défaite de l’une des parties. Mais les événements récents, en particulier l’affaire Google, sont là pour nous rappeler que cette question, à la fois essentielle et très actuelle, évolue.1. L’affaire Google, déjà relatée dans ces colonnes2, nous oblige à accepter que l’on puisse très bien gagner une partie de la bataille contenti... Raphaël COIN
  • Revue FI 1-2020 Coopération administrative et règlement des différends

L’impact des transactions fiscales et pénales sur les procédures amiables

#Auteur: Polina¤ KOURALEVA-CAZALS1#Qualités: Professeur à l’Université de Savoie Mont BlancLorsqu’un contrôle fiscal porte sur des sociétés exerçant une activité à l’international, toute modification de la base imposable est susceptible d’entraîner une double imposition. Les conventions fiscales internationales et certaines normes de l’UE permettent alors au contribuable de demander le recours à une procédure amiable entre les États, destinée à régler le différend et éviter cette double imposition. Le développement de la pratique transactionnelle risque-t-il de mettre en danger les droits du contribuable ? En effet, tant la transaction fiscale (V. § 7) que la convention judiciaire d’intérêt public (V. § 10) présentent certaines spécificités, susceptibles de poser des difficultés si le contribuable souhaite ultérieurement demander le recours à la procédure amiable. Cependant, ces difficultés semblent pouvoir être surmontées. En revanche, lorsqu’une transaction prévoit le paiement de san... Polina KOURALEVA-CAZALS
  • Revue FI 4-2019 Coopération administrative et règlement des différends

Regards croisés sur le règlement des différends fiscaux internationaux

#Auteur: Thomas¤ JACQUEMONT#Qualités: Rédacteur en chef#Auteur: Matthieu¤ SABONNADIÈRE#Qualités: Avocat, CMS Francis Lefebvre AvocatsAfin d’éviter les doubles impositions, les conventions fiscales organisent la répartition du pouvoir d’imposer entre les États. Cet équilibre peut toutefois être rompu par un redressement fiscal dans un État qui, en l’absence d’ajustement corrélatif dans l’autre État, va générer une double imposition. Envisageant cette hypothèse, les conventions bilatérales et la Convention européenne d’arbitrage ont introduit des mécanismes dits de règlement des différends fiscaux : la procédure amiable, et l’arbitrage. Cependant, la récente augmentation des litiges et les derniers travaux réalisés par l’OCDE et l’UE ont mis en lumière leurs insuffisances et le besoin accru de sécurité juridique des contribuables.Face à cette situation, les États ont apporté un soutien politique décisif pour faire progresser les mécanismes de résolution des différends fiscaux internation... Thomas JACQUEMONT, Matthieu SABONNADIÈRE
  • Revue FI 4-2019 Coopération administrative et règlement des différends

La directive UE sur le règlement des différends, nouvel instrument d’un environnement fiscal attractif

#Auteur: Charlotte¤ DELSOL1#Qualités: Gestionnaire des politiques, Commission européenne, Direction générale de la fiscalité et des douanes (TAXUD)Propos recueillis par :Thomas JACQUEMONTRédacteur en chefMatthieu SABONNADIÈREAvocat, CMS Francis Lefebvre Avocats1. TJ et MS - Avec la directive sur le règlement des différends fiscaux2, la Commission a fait le choix de mettre en place un mode de règlement des conflits harmonisé au sein de l’Union européenne. De son côté, l’OCDE privilégie la coopération entre les administrations fiscales, l’arbitrage n’étant qu’un moyen de pousser les administrations à trouver un accord amiable3. Pourquoi ce choix de la Commission ?2. CD - L'objectif premier de la directive est d'obliger les États membres à proposer aux contribuables européens un recours effectif en cas d'échec de la procédure amiable. Mais le but sous-jacent de la directive, dans le même esprit que celui de l’OCDE, est bien d'éviter d'aller jusqu’à la phase d'arbitrage et de permettre une... Charlotte DELSOL
  • Revue FI 4-2019 Coopération administrative et règlement des différends

L’OCDE et le règlement des différends fiscaux : renforcer la coopération entre les autorités pour éliminer les doubles impositions

#Auteur: Sandra¤ KNAEPEN1#Qualités: OCDE, Co-chef de l’unité Sécurité juridique en matière fiscale#Auteur: Félicie¤ BONNET2#Qualités: OCDE, Conseillère, Division Coopération internationale et administration fiscalePropos recueillis par :Thomas JACQUEMONTRédacteur en chefMatthieu SABONNADIÈREAvocat, CMS Francis Lefebvre Avocats1. TJ et MS - Quelles leçons peut-on tirer des statistiques publiées sur les procédures amiables ? 2. SK et FB - Nous publions chaque année des statistiques très complètes sur les procédures amiables3. Les statistiques recensent notamment le nombre de cas ouverts, le nombre de cas clos, le stock, et le temps moyen pris par les autorités compétentes pour traiter des différents cas. Malheureusement, nous n’avons aucune information sur les montants en cause dans ces procédures, et il est fortement probable qu’aucun pays ne publie de statistiques à ce sujet.Nous affinons ensuite ces données en traitant séparément les cas relatifs aux prix de transfert (plus complexes,... Sandra KNAEPEN, Félicie BONNET
  • Revue FI 4-2019 Coopération administrative et règlement des différends

Perspectives en matière de règlement des différends : vers un développement de l’arbitrage et des solutions multilatérales ?

#Auteur: Edouard¤ MARCUS#Qualités: Direction générale des finances publiques, Chef du Service juridique de la fiscalitéEntretien avec :Daniel GUTMANNProfesseur à l’École de droit de la Sorbonne (Université Paris-1)Avocat associé, CMS Francis Lefebvre AvocatsBruno GIBERTAvocat associé, CMS Francis Lefebvre Avocats1. DG- Les risques de double imposition semblent grandir de nouveau. Sommes-nous techniquement équipés pour affronter cet accroissement des cas de double imposition ? Par ailleurs, on pouvait espérer que l’arbitrage fasse partie du standard minimum dans l’Instrument multilatéral (MLI) mais ce n’est pas le cas. Quelle sera la position de la France à l’égard de partenaires qui n’ont pas opté pour l’arbitrage dans le MLI ? Peut-on espérer que certains partenaires adopteront cette approche dans un cadre bilatéral ? 2. EM - Il y a une mutation dans la nature de la fiscalité internationale, qui devient au fil des efforts de l’OCDE et de l’UE un espace commun de discussion entre les a... Edouard MARCUS
  • Revue FI 4-2019 Coopération administrative et règlement des différends

Les mécanismes de résolution des différends doivent s’accompagner d’instruments de coopération entre les administrations et les contribuables au stade du contrôle fiscal

#Auteur: Bruno¤ GIBERT#Qualités: Avocat associé, CMS Francis Lefebvre Avocats,#Qualités: Président du Forum de l’Union européenne en matière de prix de transfertPropos recueillis par :Matthieu SABONNADIÈREAvocat, CMS Francis Lefebvre Avocats1. MS - Nous avons pu observer une évolution sensible du droit en faveur de la coopération entre les autorités fiscales. On pense, par exemple, aux clauses d’arbitrage du MLI, à la directive européenne sur l’échange de renseignements, au développement des contrôles conjoints et des contrôles simultanés, ou encore à Icap. Quel regard portez-vous sur ces nouveaux mécanismes ? 2. BG - Nous sentons, depuis plusieurs années, que les États collaborent davantage en matière fiscale. Ce mouvement n’est pas achevé, mais il est déjà bien avancé. Des outils comme l’échange d’informations, et les contrôles simultanés prévus par la directive de 2011, participent directement à ce phénomène.Une perspective que je trouve particulièrement intéressante est l’expérimen... Bruno GIBERT
  • Revue FI 3-2019 Dividendes - Intérêts - Redevances

Actualité des retenues à la source

#Auteur: Thomas¤ JACQUEMONT#Qualités: Rédacteur en chefLes retenues à la source constituent un sujet classique de la fiscalité internationale, mais toujours renouvelé. En particulier, la confrontation de cette technique d’imposition aux normes constitutionnelles et à celles issues du droit de l’Union européenne est particulièrement féconde. À tel point qu’il a été question, dans ces colonnes, de la marge de manœuvre laissée aux États membres en la matière1.Ce dossier est consacré à plusieurs contentieux relatifs aux retenues à la source, présentés par ordre croissant de proximité temporelle de la déclaration d’incompatibilité de la législation française avec le droit de l’Union.Le premier article reprend le raisonnement suivi par les juges européen et français dans le cadre d’un contentieux où la déclaration d’incompatibilité du droit français est déjà intervenue pour anticiper les décisions imminentes à venir concernant d’autres législations européennes (Allemagne, Pays-Bas). Le... Thomas JACQUEMONT
  • Revue FI 3-2019 Dividendes - Intérêts - Redevances

Retenue à la source sur les dividendes de source européenne versés à des fonds d’investissement étrangers : aperçu des contentieux en cours à travers l’Europe

#Auteur: Séverine¤ LAURATET#Qualités: Avocat associé, FIDALEn s’appuyant sur le raisonnement suivi par le juge européen et les juges nationaux pour reconnaître l’incompatibilité des retenues à la source prélevées sur les dividendes versés aux fonds d’investissement (V. § 2), il est possible d’anticiper les décisions imminentes qui vont intervenir concernant l’Allemagne et les Pays-Bas, États dans lesquels les montants investis par les fonds étrangers sont significatifs (V. § 14).Les conclusions de l’avocat général Paolo Mengozzi dans l’affaire Fidelity Funds concernant la législation danoise1 sont également essentielles pour l’examen de la comparabilité des situations en présence de fonds d’investissement traités comme étant transparents fiscalement (V. § 17). Introduction1. Il y a maintenant plus de 7 ans, le Conseil d’État et la Cour de justice de l’Union européenne (« CJUE ») ont consacré l’incompatibilité du droit français avec la libre circulation des capitaux2 en ce qu’il accor... Séverine LAURATET
  • Revue FI 3-2019 Dividendes - Intérêts - Redevances

La saga Sofina : entre avancées et attentes

#Auteur: Séverine¤ LAURATET1#Qualités: Avocat associé, FIDALLa fiscalité est un éternel recommencement. En 1965, le régime de l’avoir fiscal avait été institué et la retenue à la source sur les dividendes bénéficiant à des résidents français avait été supprimée, tout en maintenant ce mécanisme pour les non-résidents. En raison de l’application sélective de la retenue à la source, eu égard à la résidence fiscale du bénéficiaire, il a été décidé d’interposer, entre les sociétés distributrices et les actionnaires, des payeurs chargés d’identifier, parmi les bénéficiaires des revenus distribués, ceux pour lesquels la retenue à la source devait être pratiquée.Ce mécanisme est-il appelé à disparaitre à la suite de la décision de la CJUE du 22 novembre 2018 dans les affaires Sofina SA, Rebelco SA et Sidro SA ?En effet, après plusieurs rebondissements (V. § 1), la France a finalement été condamnée (V. § 3). En substance, la différence de technique d'imposition des dividendes entre les … Continuer la lecture de « La saga Sofina : entre avancées et attentes » Séverine LAURATET
  • Revue FI 3-2019 Dividendes - Intérêts - Redevances

Un exemple de convergence (sans retenue ?) du droit fiscal interne et du droit de l’UE : l’article 182 B appliqué aux prestations de services rendues par les entreprises danoises

#Auteur: Laurent¤ LECLERCQ#Qualités: Avocat associé, FIDAL#Auteur: Charles¤ RASPAIL#Qualités: Avocat, FIDALDans la mesure où il prévoit l’application à un revenu brut d’une retenue à la source dont le taux est égal au taux normal de l’IS et qui s’avère presque systématiquement non restituable, l’article 182 B du CGI, lorsqu’il s’applique à des entreprises résidentes de l’UE, est, par essence, discriminatoire (V. § 5). Cette discrimination a conduit l’administration fiscale à prévoir un mécanisme de restitution de la retenue prélevée pour les entreprises danoises rendant des services à des entreprises françaises. Pour autant, ce mécanisme ne permet pas de mettre totalement en conformité l’article 182 B du CGI au droit de l’Union européenne (V. § 7). Le présent article propose des voies d’amélioration tant pour le contribuable que pour l’État français (V. § 8).Introduction1. L'article 182 B du CGI institue une retenue à la source sur les produits1 issus de services rendus ou … Continuer la lecture de « Un exemple de convergence (sans retenue ?) du droit fiscal interne et du droit de l’UE : l’article 182 B appliqué aux prestations de services rendues par les entreprises danoises » Laurent LECLERCQ, Charles RASPAIL
  • Revue FI 2-2019 Questions générales

Union européenne et souveraineté fiscale

#Auteur: Thomas¤ JACQUEMONT#Qualités: Rédacteur en chefNous publions ci-après les actes du colloque tenu le 18 mars 2019 dans la salle Colbert de l’Assemblée nationale, à l’occasion du lancement de la présente Revue.Le thème du colloque, « Union européenne et souveraineté fiscale », est à la croisée de la technique et de la politique fiscales, et au cœur de l’actualité : comme vous pourrez le constater, les débats restitués dans les pages suivantes résonnent avec la majeure partie des autres articles publiés dans ce numéro.Nous adressons nos plus vifs remerciements à M. le Député Romain Grau de son accueil dans un lieu hautement symbolique pour les fiscalistes, ainsi qu’aux présidents et intervenants des trois tables rondes. Leurs contributions, d’une grande richesse, constituent un éclairage précieux pour la communauté fiscale, et au-delà.Nous vous souhaitons une excellente lecture !Sommaire du dossier> Allocution d’ouverture, FI 2-2019, n° 02.1Par R. GRAU> La souveraineté... Thomas JACQUEMONT
  • Revue FI 2-2019 Questions générales

Allocution d’ouverture

#Auteur: Romain¤ GRAU#Qualités: Député des Pyrénées Orientales#Qualités: Membre de la Commission des finances de l'Assemblée nationale Je suis très heureux de vous accueillir dans la salle Colbert de l’Assemblée nationale à l’occasion de la création de la revue Fiscalité internationale. Le colloque organisé aujourd’hui, « Union européenne et souveraineté fiscale », arrive à un moment charnière de l’histoire du droit fiscal français. Un des indicateurs de l’importance de cette problématique est sans nul doute l’importance du contentieux auquel doit faire face l’État français sur le fondement de contradictions entre le droit fiscal national et le droit de l’Union européenne. Je l’ai vécue comme nouveau parlementaire sur les bancs de cette assemblée, puisque dès les premiers jours de la session extraordinaire de 2017, il nous était demandé de faire face aux conséquences de la censure de la contribution de 3% sur les dividendes par les juges européen et constitutionnel. Soit un coût budgét... Romain GRAU
  • Revue FI 2-2019 Dividendes - Intérêts - Redevances

La souveraineté fiscale à l’épreuve de la jurisprudence de la CJUE

Présidence :#Auteur: Philippe¤ MARTIN#Qualités: Président de la Section des travaux publics du Conseil d'État#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité InternationaleIntervenants :#Auteur: Hervé¤ CASSAGNABÈRE#Qualités: Référendaire à la Cour de justice de l’Union européenne#Auteur: Alexandre¤ MAITROT DE LA MOTTE#Qualités: Professeur à l'Université Paris Est - Créteil,#Qualités: Directeur du Master Droit Fiscal, spécialité fiscalité appliquée,#Qualités: Premier Vice-Président de la ComUE Université Paris Est,#Auteur: Jérôme¤ TUROT#Qualités: Avocat au Barreau de Paris,#Qualités: Cabinet TurotIntroduction1. Philippe MARTIN - La première table ronde est consacrée à la souveraineté fiscale à l’épreuve de la jurisprudence de la CJUE, essentiellement vue sous l’angle des libertés de circulation. En quoi la CJUE impacte-t-elle, et tient-elle compte aussi, de la souveraineté fiscale des États ?2. La fiscalité est un élément essentiel de la souveraineté des États membres, ce qu’i... Philippe MARTIN, Hervé CASSAGNABÈRE, Alexandre MAITROT DE LA MOTTE, Jérôme TUROT
  • Revue FI 2-2019 Sources - Principes - Méthodes

La souveraineté fiscale à l’heure du retour de l’harmonisation

Présidence :#Auteur: Gauthier¤ BLANLUET#Qualités: Professeur à l'Université Paris II (Panthéon-Assas)#Qualités: Avocat, Sullivan & Cromwell LLP#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité InternationaleIntervenants :#Auteur: Polina¤ KOURALEVA-CAZALS#Qualités: Professeur à l'Université Savoie Mont Blanc#Auteur: Valère¤ MOUTARLIER1#Qualités: Directeur Fiscalité directe, coordination fiscale, analyse économique et évaluation, Direction générale de la fiscalité et de l'union douanière, Commission européenne#Auteur: Emmanuel¤ RAINGEARD DE LA BLÉTIÈRE#Qualités: Maître de conférences à l'Université de Rennes I,#Qualités: Avocat associé, PwC Société d'avocatsIntroduction1.Gauthier BLANLUET - La première table ronde a parfaitement analysé la façon dont les systèmes fiscaux sont encadrés par la jurisprudence de la Cour de justice, encadrement généralement vécu comme « subi ». Nous en arrivons maintenant à l’encadrement « voulu » et nous parlerons donc d’harmonisation, ou plus p... Gauthier BLANLUET, Polina KOURALEVA-CAZALS, Valère MOUTARLIER, Emmanuel RAINGEARD DE LA BLÉTIÈRE
  • Revue FI 2-2019 Questions générales

De nouveaux principes de répartition de la compétence fiscale dans l’Union européenne ?

Présidence :#Auteur: Daniel¤ GUTMANN#Qualités: Professeur à l’École de droit de la Sorbonne (Université Paris I Panthéon-),#Qualités: Avocat associé, CMS Francis Lefebvre Avocats,#Qualités: Co-directeur scientifique de la revue Fiscalité InternationaleIntervenants :#Auteur: Joachim¤ ENGLISCH#Qualités: Titulaire d'une chaire de droit constitutionnel et de droit fiscal à l'Université de Münster (Allemagne), Directeur de l'Institut de droit fiscal, #Qualités: Professeur invité à Sciences Po Paris#Auteur: Wim¤ ROELS1#Qualités: Conseiller juridique au Service juridique de la Commission européenne, #Qualités: Maître de conférences à l'Université libre de Bruxelles#Auteur: Caroline¤ SILBERZTEIN#Qualités: Avocate associée, Baker & McKenzie A.A.R.P.I.Introduction1.Daniel GUTMANN - La structuration et l’ordre des trois tables rondes de ce colloque ont un sens profond, puisque nous avons commencé par décrire en quoi la jurisprudence de la Cour de justice pouvait avoir un impact sur la réparti... Daniel GUTMANN, Joachim ENGLISCH, Wim ROELS, Caroline SILBERZTEIN
  • Revue FI 1-2019 Groupes de sociétés

Réorganisation transfrontalière de sociétés

#Auteur: Anne-Lyse¤ BLANDIN#Qualités: Expert-comptable, Commissaire aux comptes#Qualités: Associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Frédérique¤ DESPREZ#Qualités: Avocate associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Marie-Amélie¤ DEYSINE#Qualités: Avocate associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Charles¤ MÉNARD#Qualités: Avocat associé, EY Société d’Avocats#Auteur: Christine¤ ROCHA#Qualités: Avocat, EY Société d’AvocatsAvec la participation de :#Auteur: Ornella¤ DESPRÉS#Qualités: Avocat, EY Société d’Avocats#Auteur: Thibault¤ FAIVRE-PIERRET#Qualités: Avocat, EY Société d’AvocatsCe dossier a pour objectif de donner au lecteur une vision globale, c’est-à-dire intégrant les dimensions juridique, comptable et fiscale, des opérations de restructuration intéressant des sociétés étrangères sous l’empire du nouveau régime applicable en matière de restructurations depuis le 1er janvier 2018. Il s’attache à envisager – sans prétendre à l’exhaustivité – les situations qui, selon nous, ont fait l’objet de mod... Anne-Lyse BLANDIN, Frédérique DESPREZ, Marie-Amélie DEYSINE, Charles MÉNARD, Christine ROCHA
  • Revue FI 1-2019 Groupes de sociétés

L’apport partiel d’actif au profit d’une société étrangère

#Auteur: Anne-Lyse¤ BLANDIN#Qualités: Expert-comptable, Commissaire aux comptes#Qualités: Associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Frédérique¤ DESPREZ#Qualités: Avocate associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Marie-Amélie¤ DEYSINE#Qualités: Avocate associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Charles¤ MÉNARD#Qualités: Avocat associé, EY Société d’Avocats#Auteur: Christine¤ ROCHA#Qualités: Avocat, EY Société d’AvocatsAvec la participation de :#Auteur: Ornella¤ DESPRÉS#Qualités: Avocat, EY Société d’Avocats#Auteur: Thibault¤ FAIVRE-PIERRET#Qualités: Avocat, EY Société d’AvocatsLes opérations d’apport partiel d’actif s’inscrivent dans un cadre juridique, comptable et fiscal. En effet, au regard du droit des sociétés, ces opérations sont soumises à un cadre juridique protéiforme, qui entraine nécessairement des situations de conflits de loi (V. § 1). La question de leur valorisation dépend tant du rôle de la société française dans l’opération que de la nature des éléments apportés (V. § 7). Enfin, ... Anne-Lyse BLANDIN, Frédérique DESPREZ, Marie-Amélie DEYSINE, Charles MÉNARD, Christine ROCHA
  • Revue FI 1-2019 Groupes de sociétés

Les opérations transfrontalières d’apport-attribution

#Auteur: Anne-Lyse¤ BLANDIN#Qualités: Expert-comptable, Commissaire aux comptes#Qualités: Associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Frédérique¤ DESPREZ#Qualités: Avocate associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Marie-Amélie¤ DEYSINE#Qualités: Avocate associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Charles¤ MÉNARD#Qualités: Avocat associé, EY Société d’Avocats#Auteur: Christine¤ ROCHA#Qualités: Avocat, EY Société d’AvocatsAvec la participation de :#Auteur: Ornella¤ DESPRÉS#Qualités: Avocat, EY Société d’Avocats#Auteur: Thibault¤ FAIVRE-PIERRET#Qualités: Avocat, EY Société d’AvocatsDe la même manière que pour les opérations d’apport partiel d’actif, les opérations d’apport-attribution donnent lieu à des situations de conflit de loi au plan juridique (V. § 1). La comptabilisation des titres attribués aux associés de la société apporteuse mériterait d’être clarifiée (V. § 4), tandis qu’au plan fiscal, ces opérations peuvent désormais être réalisées sans agrément préalable lorsque l’apport concerne une b... Anne-Lyse BLANDIN, Frédérique DESPREZ, Marie-Amélie DEYSINE, Charles MÉNARD, Christine ROCHA
  • Revue FI 1-2019 Groupes de sociétés

Les fusions transfrontalières : absorption d’une société française

#Auteur: Anne-Lyse¤ BLANDIN#Qualités: Expert-comptable, Commissaire aux comptes#Qualités: Associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Frédérique¤ DESPREZ#Qualités: Avocate associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Marie-Amélie¤ DEYSINE#Qualités: Avocate associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Charles¤ MÉNARD#Qualités: Avocat associé, EY Société d’Avocats#Auteur: Christine¤ ROCHA#Qualités: Avocat, EY Société d’AvocatsAvec la participation de :#Auteur: Ornella¤ DESPRÉS#Qualités: Avocat, EY Société d’Avocats#Auteur: Thibault¤ FAIVRE-PIERRET#Qualités: Avocat, EY Société d’AvocatsLe régime juridique de la fusion transfrontalière au sein de l’Union européenne a fait l’objet d’une harmonisation par le législateur européen (§ 1). Si le cadre juridique (V. § 2) a été posé il y a déjà quelques années, des difficultés pratiques demeurent compte tenu d’une harmonisation qui pourrait être qualifiée d’harmonisation « a minima » (V. § 9). Les solutions attendues d’une proposition de directive en cours de disc... Anne-Lyse BLANDIN, Frédérique DESPREZ, Marie-Amélie DEYSINE, Charles MÉNARD, Christine ROCHA
  • Revue FI 1-2019 Groupes de sociétés

Le transfert transfrontalier de siège social d’une société

#Auteur: Frédérique¤ DESPREZ#Qualités: Avocate associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Marie-Amélie¤ DEYSINE#Qualités: Avocate associée, EY Société d’Avocats#Auteur: Charles¤ MÉNARD#Qualités: Avocat associé, EY Société d’Avocats#Auteur: Christine¤ ROCHA#Qualités: Avocat, EY Société d’AvocatsAvec la participation de :#Auteur: Ornella¤ DESPRÉS#Qualités: Avocat, EY Société d’Avocats#Auteur: Thibault¤ FAIVRE-PIERRET#Qualités: Avocat, EY Société d’AvocatsL’avantage des opérations de mobilité de sociétés réside dans le maintien de la personnalité juridique de la société concernée. Aussi, les restrictions imposées par certains États membres ont pu être considérées comme contraires à la liberté d’établissement par la CJUE (V. § 1). Il y a quelques mois, une harmonisation européenne a finalement été annoncée en la matière (V. § 15). En réalité, cette harmonisation n’est pas totalement inédite dans la mesure où le législateur européen avait déjà encadré le transfert transfrontalier de siège mais ... Frédérique DESPREZ, Marie-Amélie DEYSINE, Charles MÉNARD, Christine ROCHA